Merci monsieur l’Agent

Merci monsieur l’Agent

 

Mercredi 4 janvier, 11h30 du matin, à la station de du péage de Mornag à l’entrée de Tunis, un agent de la garde nationale agenouillée sous une voiture particulière de location. Son collègue assurait la fluidité de la circulation. Une scène un peu habituelle qui suscite la curiosité. En s’approchant, on découvre que l’agent était en train d’apporter secours à dame pour changer la roue de la voiture. Avec un vieux cric récalcitrant  qui refusait de fonctionner ce qui l’a obligé à emprunter un autre chez un  passager. La dame en famille, ne s’arrêtait pas de remercier l’agent de tout son cœur.

Le chef de poste, un jeune quadragénaire, explique que c’est « notre devoir d’être au service du citoyen et de lui porter secours en cas de besoin ».

Cette scène n’est pas sans rappeler d’autres comme l’image de cet agent, pieds nus qui, au milieu de l’eau, suite à des pluies torrentielles, assurait sa tâche.

La garde nationale qui a été créée en 1956 pour remplacer la gendarmerie française, est chargée de la protection du territoire et des frontières. Elle sert à la fois de force de défense contre les menaces extérieures et de force de sécurité contre les menaces internes. Ses agents ont de tout temps fait preuve de bravoure, de patriotisme et de don de soi. Tout comme les militaires et les agents de police, ils ont payé de leur vie face aux attaques terroristes. On leur doit une fière chandelle. 

Commentaires

Ajouter un commentaire