Que veut « le général » Lassad Yacoubi ?

Que veut « le général » Lassad Yacoubi ?

 

Devant le silence intriguant du bureau exécutif de l’UGTT, le suivisme des enseignants et l’absence de réactions de la part des parents d’élèves, le secrétaire général du syndicat de l’enseignement secondaire Lassad Yacoubi continue à faire de siennes et à prendre nos enfants en otages. Il n’en finit pas avec  ses menaces et vociférations.  Encore une fois, les lycées seront désertés, ce jeudi 5 janvier, de leurs élèves, en raison d’une grève générale décrétée pour appeler au départ du ministre de l’éducation Néji Jalloul.

Il s’est réveillé tôt, ce matin notre Lassad pour lancer, sur sa page Facebook,  un appel à ses adhérents. « Soyez des héros comme je vous ai connus et prouvez leur que vous êtes imbattables parce que vous êtes les défenseurs des acquis nationaux ». Voilà qui est dit et qui montre que nous sommes dorés et déjà dans une bataille opposant d’une part « le général » Lassad et son « armée » et les autres. Ces autres sont, pour lui, des « ennemis ».

Nul ne peut contester les droits légitimes des enseignants concernant l’amélioration de leurs conditions de vie et de travail. Nul, non plus, ne peut contester le droit constitutionnel à la grève qui, néanmoins, reste la dernière « arme » à utiliser face à l’intransigeance de l’autre partie, dans ce cas, le gouvernement et en particulier le ministère de l’éducation. Mais à notre connaissance, toutes les revendications professionnelles des enseignants du secondaire, tout comme ceux du primaire, ont été satisfaites. Les promotions, les reclassements, les primes exceptionnelles et les indemnités spécifiques sont été servies. Quoi de plus ? Insuffisant, il nous faut la tête de Néji Jalloul !

Le ministre de l’éducation n’est pas exempt de reproches lui qui a fait montre de précipitations et d’écarts de langage, parfois, blessants et offensants à l’égard des enseignants. Sa gestion et ses annonces dans les médias, où il ne ménage pas de ses critiques les enseignants, ont conduit à une opposition croissante des syndicats, pourtant partenaires dans la réforme de l’éducation. Pour les syndicats, il a commis un crime de lèse-enseignant et il mérite qu’il soit traité de tous les noms.  Les slogans scandés devant le ministère de l’éducation nationale en cette journée de 30 novembre et qui ont suscité une massive indignation, écorneront à jamais l’image de leurs auteurs qui sont avant tout des éducateurs. Injures, grossièretés et ignominies proférées par des gens en colère qui n’honorent, en aucun cas, les instigateurs, pervers et fanatiques et ceux qui se cachent derrière.

Nen déplaise à Lassad Yacoubi et à son acolyte Gammoudi Mastouri ainsi qu’à tous ceux qui les défendent ou se rangent derrière, ce genre de comportement nuit, non seulement à ses auteurs, mais également à l’image de la centrale syndicale. On comprend qu’à la veille du congrès de l’UGTT, qui s’annonce chaud, les prétendants font monter les surenchères, mais que cela ne soit pas au détriment de l’intérêt général du pays.

Et si Néji Jalloul appelait au départ de Lassad Yacoubi du syndicat général de l’enseignement secondaire, quelles seraient les réactions de la centrale syndicale ? Alors de grâce, arrêtons  cette guéguerre qui n’honore ni les uns ni les autres !

B.O

Commentaires

Ajouter un commentaire