Tunisie - Les salafistes terrorisent la région de Jendouba

Un poste de police a été incendié, ce samedi 26 mai 2012, dans la délégation de Ghardimaou par des salafistes.

Les agents de la garde nationale ont été contraints d'intervenir au moyen de bombes lacrymogènes et de tirs de sommation, afin d'empêcher les agresseurs d'incendier le poste de la garde nationale de Gardimaou.

Profitant du climat de tension, certains délinquants ont assailli des locaux commerciaux et des habitations dans la ville afin de les cambrioler, relève la même source.

D’autres groupes de salafistes ont attaqué, par la suite le siège du district de la sécurité nationale de Jendouba avec des pierres et des cocktails molotov, ont indiqué des sources sécuritaires à la correspondante de l'agence TAP dans la région.

Selon les mêmes sources, les forces de l'ordre ont du faire usage de gaz lacrymogène pour protéger le bâtiment et disperser ces groupes qui ont mis le feu au bureau de la police judiciaire, ajoutant que « ces groupes se sont dirigés ensuite au centre-ville, mettant le feu et pillant des bars et des points de vente de boissons alcoolisées ».

Armés de matraques et de sabres, ces groupes dont le nombre est estimé au départ à 200 personnes avant d'atteindre les 500 individus, ont scandé des slogans appelant au « Djihad » et sont allés ensuite chercher refuge dans la mosquée de la ville.

Ces actes de violence ont provoqué un profond mécontentement et un sentiment de colère chez les habitants de la ville qui ont dénoncé la dérive sécuritaire que connaît leur ville.

Certains habitants de la ville ont fait part de leur crainte de voir cette situation perdurer face à l'impunité des agresseurs.

Un important dispositif sécuritaire a été déployé, dans la région de Jendouba. Des unités de l'armée nationale assurent la protection des établissements publics.

A l'origine de ces actes de violences, l'arrestation d'une personne recherchée par la police et supposée appartenir au courant salafiste, lors d'une campagne sécuritaire organisée vendredi soir, 25 mai, par les forces de l'ordre.