Racisme: Lettre "poignante" d'une étudiante "africaine" aux Tunisiens !

Racisme: Lettre "poignante" d'une étudiante "africaine" aux Tunisiens !

 

"Je me présente, Mariam Touré, pour les intimes "Karaba", pour la plupart d'entre vous "Kahloucha" "Guirda Guirda". Je suis, officiellement, une Malienne (mais selon certains de vos dires, de nationalité "Africaine") qui vit depuis près de 3 ans en Tunisie ou pays européen pour d'autres.

En quittant mon pays il y a quelques années, je souriais à l'idée de découvrir cette Tunisie dont tout le monde parlait, le "Paris Africain", la "Dame de tous les éloges", le pays de tous les droits, la patrie de la liberté et de la tolérance. Hmmmmm naif est celui qui met la charrue avant les boeufs.

Helas, la phase d'émerveillement passée, je me suis rendu compte que de l'autre côté du miroir se cachait une face plus sombre, plus lugubre: une société infectée par le racisme. Infectée me direz-vous, un mot fort! Mais quel autre terme voulez-vous que j'emploie quand chaque jour passée en son sein est presque un calvaire, quand chaque mot, insulte, humiliation que l'on subit est un supplice, quand chaque regard haineux posé sur moi est un fardeau? "Infecté" serait plutôt un euphémisme.

Là vous me direz, "Tu ne devrais pas juger tout un pays pour les actions de certains". Je vous repondrai, "Certes, mais quand on se fait agresser devant des personnes qui ne disent rien, quand on se fait insulter devant des individus qui ne bougent pas, quand on est touché de façon déplacée dans un transport en commun devant des personnes qui en rient ou préfèrent ignorer l'action, que voulez-vous que je vous dise?" Pomme, orange, poire ou raisin, ce sont tous des fruits pour moi.

Au début, j'accusais l'ignorance, le non éveil des mentalités mais aujourd'hui, j'accuse les intellectuels qui sont au courant de tout ça mais ne mettent en place aucun moyen de les prévenir, j'accuse les intellectuels qui me disent "Ne te laisse pas faire Mariam, affrontes-les"...ohh vous savez, j'adorai mais je ne veux pas que mon père ait à payer des frais d'hôpitaux ou ma mère à pleurer mon décès.
 
Que seriez-vous si du jour au lendemain je decidais de m'en aller, d'amener avec moi les milliers d'euros qui permettent à votre économie de sortir la tête de l'eau? Que seriez-vous si du jour au lendemain mes frères et soeurs "Africains" faisaient la même chose et vous tournaient le dos? Que seriez vous si du jour au lendemain les éloges que j'ai une fois entendus sur vous devenaient des avertissements "N'y allez pas. Ils n'en valent pas la peine".

Ne prenez point mes mots pour une insulte, mon but ce n'est pas de vous insulter car si je decidais de vous rendre le quart des mots que vous m'avez jetés à la figure, 24h ne suffiraient point.
 
Prenez-les comme les cris d'une soeur perdue qui ne comprend pas en quoi sa couleur de peau est source de moquerie. Prenez-les comme la rage d'une soeur qui compte les jours qui la séparent de la délivrance, partir et ne plus jamais en entendre parler. Partir et ne plus jamais penser à revenir.

Prenez-les comme les larmes d'une soeur qui se rend compte qu'ils ont réussi à nous séparer. Plus qu'une guerre matérielle, ils ont créé une tumeur intellectuelle, sociale: le racisme, l'ignorance, la haine pour nous diviser.

Prenez mes mots comme ceux de tous ceux qui, comme moi, posent le pied sur le sol de l' " Ifrikiya" la tête pleine de rêves et en repartent le coeur plein de déceptions......."

Mariam Touré

Votre commentaire

  • Soumis par bediri le 4 Novembre, 2015 - 12:18
    <p>Bjr, je suis tunisien et je vous assure qu'on est pas tous comme vous le decriez mais je vous demande de rester dans ce pays qui est tolérant, battez vous avec courage,combattez ces mêmes gens avec leurs propres arguments, combattez les sur leur ignorance,sur leur propre physique,sur ceux qui subissent, comme vous, le racisme en Europe et dans certains pays du golfe,demandez leur comment ils réagissent quand leur frère, leur ami,leur père leur mari subissent la haine et le racisme.courage ils y a des milliers de tunisiens qui vous soutiennent. </p>
  • Soumis par tunisienne le 4 Novembre, 2015 - 12:18
    <p>Vous avez parfaitement raison sur votre attitude du comportement non responsable et non humain de la part de certains tunisiens. Mais ne prenez pas les choses trop à cœur. Par contre, ayez confiance en vous même et ne donnez pas beaucoup d'importance à ces regards. Moi même qu'on je voyage dans d'autres pays je reçois les mêmes regards et ma réaction c'est que j'avance toujours en avant. Croyez moi que les gens que vous regarde comme ci vous êtes une personne inférieure ou différente, ils ont tort.Ils ne sont pas assez consciencieux de la situation de leur pays et des règles globales de l'humanité et aussi de notre religion l'Islam qui nous interdit ce type de comportement ou attitude négaive.</p>
  • Soumis par Aboussaoud Ismail le 4 Novembre, 2015 - 12:18
    <p>je suis surpris par votre lettre,et pour vous dire madame que j`etais temoin des annees scolaires a l`ecole de l`aviation civile et de la meteorologie qui etait frequente`par diverses nationalites africaines,et que jamais il n`ya eu un probleme de racisme .on faisait des excurtions ensemble ,on jouait chaque vendredi au foot ball,sans distinction de nationalite ou de couleur...tous nous etions des etudiants amis et aucun probleme ni au refectoire,au dortoir ,en classe,sur terrain ou a la plage...</p>
  • Soumis par khlil le 4 Novembre, 2015 - 12:18
    <p>Les étudiants africains vivent le calvaire dans notre pays, alors que nous sommes les premiers à crier au racisme au moindre incident qu'un de nos compatriotes rencontre en France</p>
  • Soumis par khlil le 4 Novembre, 2015 - 12:18
    <p>oui, c'est une réalité que les maghrébins ont longtemps cachée, maintenant les langues se délient !</p>