Pourquoi Youssef Chahed a-t-il caché sa nationalité française ?

 Pourquoi Youssef Chahed a-t-il caché sa nationalité française ?

 

Le Chef du gouvernement et candidat à l’élection présidentielle Youssef Chahed a annoncé ce mardi qu’il a renoncé à la nationalité française qu’il détenait « comme des centaines de milliers de Tunisiens qui ont résidé ou travaillé à l’étranger ».

Cet aveu a surpris beaucoup de ses compatriotes qui ne savaient pas qu’il était un binational. Un secret bien gardé qu’il a dû du reste révéler non de gaieté de cœur mais contraint et forcé.

En effet sa renonciation à la nationalité française est parue au Journal officiel de la République française parue ce mardi en vertu d’un décret datant du 19 août 2019. C’est probablement du fait de la publication rapide de ce décret que Youssef Chahed a publié le post où il annonçait sa renonciation à la nationalité française.

Néanmoins la récupération de la nationalité française par les personnes qui la perdent est aisée. On peut être réintégrée « par déclaration souscrite devant le juge d’instance ou, lorsque les personnes concernées résident à l’étranger, devant le consul de France territorialement compétent ». « Elles doivent avoir conservé ou acquis avec la France des liens manifestes, notamment d’ordre culturel, professionnel, économique ou familial » ajoute-t-on.

Les textes sur la nationalité française disposent en outre que « sont formellement exclues de ce cas de réintégration par déclaration, les personnes ayant perdu la nationalité française par l’effet de l’accession à l’indépendance des anciens territoires français, ou par décret de libération des liens d’allégeance, ou du fait d’une déclaration de perte souscrite postérieurement au mariage avec un étranger. Ces personnes peuvent éventuellement réintégrer la nationalité française par décret, sans condition de stage, sous réserve qu’elles remplissent par ailleurs les conditions relatives à la naturalisation, et notamment la condition de résidence en France au moment de la signature du décret ».

Votre commentaire