Chahed : La Tunisie a réussi le consensus entre partis à référence religieuse et partis laïques

Chahed : La Tunisie a réussi le consensus entre partis à référence religieuse et partis laïques

 

Le chef du gouvernement Youssef Chahed qui effectue une visite officielle de deux jours à Berlin, a fait valoir,  lors d’une conférence tenue au siège de la Fondation Konrad Adenauer sur « La transition démocratique et les jeunes tunisiens » que « la Tunisie est un pont entre l’Europe et l’Afrique », réaffirmant la détermination du gouvernement de l’union nationale à encourager les investissements étrangers en Tunisie.  

Chahed a également mis l’accent sur l’importance des relations de coopération entre la Tunisie et la République fédérale d'Allemagne, rappelant l'engagement de Berlin à soutenir la transition démocratique en Tunisie.

Evoquant les défis économiques et sécuritaires auxquels est confrontée la Tunisie, Youssef Chahed a fait part de la reprise de la production de phosphate et de la relance des secteurs du tourisme et de l'agriculture, formant l’espoir de voir l’économie nationale connaître une nouvelle dynamique grâce aux projets de développement entrepris dans les régions intérieures du pays.

Le chef du gouvernement a réitéré l’engagement de la Tunisie à concrétiser les objectifs de la révolution tunisienne en termes d'emploi, de liberté et de dignité nationale, exprimant le souhait de voir les prochaines élections municipales contribuer au renforcement de la décentralisation et de la création d’emplois, en particulier, en faveur des jeunes.

Un nombre important des diplômés du supérieur n'ont pas les qualifications nécessaires pour répondre aux besoins du marché du travail, a fait remarquer Youssef Chahed, soulignant l'importance de leur assumer une formation complémentaire, qui pourrait être l’un des axes de la coopération tuniso-allemande.

En réponse à une question sur l’avenir de l’islam politique en Tunisie, Chahed a affirmé que « la Tunisie a réussi à instaurer le consensus entre les partis à référence religieuse et les partis laïques, ce qui permettra, a-t-il dit, d'aller de l'avant sur la voie de la transition démocratique ».

A une autre question sur la situation du secteur touristique, après les attaques terroristes ayant ciblé, en 2015, le musée du Bardo et un hôtel à Sousse, le chef du gouvernement a estimé que « l'attaque terroriste de l'hôtel Impérial à Sousse, survenue en juin 2015, avait pour objectif de porter un coup au tourisme tunisien, mais la Tunisie a entrepris les mesures nécessaires pour protéger les établissements touristiques ». Et d’ajouter que « le pays s’emploie aujourd’hui à mettre en place des programmes pour relancer son tourisme et diversifier ses marchés ».

De son coté, Hans-Gert Pöttering, Président de la Fondation Konrad Adenauer, et ancien président du Parlement européen, a insisté, dans son allocution de bienvenue, sur la solidité des relations tuniso-allemandes, faisant remarquer que « les dossiers de l’immigration et des réfugiés sont loin d’être les seuls sujets au centre des entretiens et des relations historiques unissant les deux pays ».

Commentaires

  • Soumis par Jean Pierre Ryf le 15 Février, 2017 - 09:38
    Ce premier ministre est dans son rôle lorsqu'il défend le fameux "consensus" entre les partis laïcs et religieux mais il se trompe lourdement et trompe le monde qui,il faut le dire est assez facile a tromper. Ce "consensus" c'est en réalité une absence de réelle politique , de réel projet et cela s'explique car il ne peut y avoir un projet commun entre les laïcs et les religieux. Par ailleurs la situation est en réalité très grave car derrière l'apparente paix il y a la volonté des islmamistes d'islamiser le pays c'est à dire le faire reculer sur les droits des femmes, l'enseignement, les libertés Pour moi cette erreur d'analyse conduit le pays au désastre..

Ajouter un commentaire