Expulsion des demandeurs d’asile : les menaces de Berlin

Expulsion des demandeurs d’asile : les menaces de Berlin

 

Depuis l’attentat de Berlin le 19 décembre dernier contre un marché de Noel qui a fait 12 morts et 48 blessés, l’Allemagne met la pression sur la Tunisie pour rapatrier les demandeurs d’asile déboutés. La chancelière allemande Angela Merkel, a avait immédiatement contacté le président de la République Béji Caïd Essebsi pour lui annoncer que son gouvernement allait « accélérer la procédure » d’expulsion et qu’il devait « augmenter le nombre de personnes renvoyées ».

Selon Jeune Afrique, citant des sources de l’ambassade d’Allemagne en Tunisie, la coopération « comprend la facilitation des conditions générales et la collaboration dans l’identification des personnes concernées ». En 2016, 84 personnes avaient été rapatriées en Tunisie. L’ambassade a également tenu à préciser que les Tunisiens sur le point d’être expulsés d’Allemagne seraient moins nombreux que les Marocains, les Libyens et les Algériens.

D’après la même source, le gouvernement allemand par la voix du vice-chancelier allemand Sigmar Gabriel, a même menacé de supprimer l’aide au développement versée par l’Allemagne aux pays « qui ne coopèrent pas suffisamment ».

Jusqu’à présent, lorsque les demandeurs d’asile originaires par exemple du Maroc, d’Algérie ou de Tunisie étaient déboutés de leur demande et devaient être expulsés, leur pays refusait souvent de les rapatrier en l’absence de pièces nationales d’identité. Plusieurs migrants se débarrassaient ainsi de leurs papiers avant d’arriver en Europe et tentaient de se faire passer pour des réfugiés syriens afin d’augmenter leurs chances de rester sur le vieux continent.

Commentaires

Ajouter un commentaire