Sofiane Ben M’rad : « L’histoire de la Tunisie a été trop longtemps falsifiée»…

Sofiane Ben M’rad : « L’histoire de la Tunisie a été trop longtemps falsifiée»…

Sofiane Ben M’rad, Président de l’Association Histoire & Réconciliation a tenu à réagir à des propos qu’il juge mensongers  et réducteurs quand à notre histoire, propos tenus par Raja Farhat cette semaine sur les ondes de Radio Mosaïque :

 Espacemanager : Pouvez-vous vous présenter à nos lecteurs?

S B M : Je m’appelle Sofiane Ben M’rad, j’ai 59 ans, je suis tunisien, journaliste de formation et je préside depuis 2012 une association scientifique qui se nomme Histoire et Réconciliation.

E M : Mr Ben M’rad, dans les propos tenus par Raja Farhat, qu’est-ce qui a déclenché cette polémique ?

La semaine dernière, j’écoutais une émission sur Radio Mosaïque où l’interlocuteur et l’animateur n’était autre que l’artiste Raja Farhat, présent sur beaucoup de chaines d’ailleurs, qui a outrepassé le cadre pour lequel il est préposé pour l’animation de cette émission en tenant des propos fallacieux à l’encontre de notre histoire et de ses anciens souverains. Cela m’a excédé d’entendre comment il jugeait négativement tout ce qui n’était pas bourguibaliste et ceci je l’ai déjà entendu à maintes reprises, voici pourquoi j’ai tenu à réagir.

J’ai aussi surtout tenu à réagir car ce monsieur parle tout haut avec aplomb de choses pour laquelle il n’est pas et ne fait pas autorité ; il y a en effet des spécialistes et un comité scientifique au sein de notre association qui pourrait le confondre facilement. L’histoire est un sujet très sensible. Toutefois, comme par enchantement, il est toujours seul dans les médias pour en parler, il peut alors tout dire de qui il veut, de quoi que ce soit, en bien comme en mal, quel pouvoir !!!

E M : Expliquez-nous précisément ce qui vous a poussé à réagir ?

S B M : J’avais déjà remarqué que Mr Farhat avait à plusieurs reprises déjà fait preuve de légèreté en parlant d’histoire ; il a même pris une fois l’ex-député Gassas comme témoin de l’histoire, il y a mieux franchement pour appuyer ses dires. Cette semaine,par le truchement de radio Mosaïque, il a soutenu que Naceur Pacha Bey de Tunis et père du martyr Sidi El Moncef Bey avait fait une comédie  en simulant son intention d’abdiquer suite aux pressions exercées sur lui par la France. Et il soutint encore que Lucien Saint, Résident Général de France à Tunis, s’était emporté devant le Bey en le menaçant directement et que ce dernier aurait eu très peur.

Voilà pourquoi  comme le dit Mr Farhat : « il  n’était pas un patriote, comme le reste des souverain tunisiens d’ailleurs ».

EM : Et vous, qu’en pensez-vous ?

S B M : Moi, je dis que c’est archi faux et trompeur. Archi faux parce que la Tunisie, quoique l’on ait dit sous le protectorat,  avait son propre drapeau qui flottait sur ses édifices, une armée, sa monnaie, ses timbres, une administration, et des ministres effectifsavec des Caïdats et donc une certaine souveraineté que bien des pays lui envieraient encore aujourd’hui. Les Beys ont étéà plusieurs reprises les invités officiels de la France sur le sol français en tant que SOUVERAINS TUNISIENS, et non pas en tant que « chef de département français ». Ils ont aussi sauvegardé dans une très large mesure l’identité nationale et ont toujours protégé notre mémoire.

Trompeur parce que Naceur Bey fut un vrai patriote et qu’il porta le patriotisme au plus haut ; il menaça même de démissionner réellement si ce n’est l’intervention du Cheikh El Islam qui lui rappela son rôle de protecteur de l’Islam. Pour l’histoire en avril 1922, Naceur Bey était insatisfait du traitement que la France infligeait aux dirigeants du mouvement nationaliste naissant du Destour, il menaça d'abdiquer dans le cas où la France ne satisferait pas leurs demandes d'émancipation.

C’est alors que les autorités du protectorat français s'arrangèrent pour le faire renoncer à poursuivre ce projet. Il reçut alors Lucien Saint, Résident Général en Tunisie qui lui demanda diplomatiquement et non pas comme le dit Mr Farhat en lui pointant son doigt au visage de renoncer au soutient des nationalistes tunisiens, ce que le Bey refusa évidemment. À son tour, Lucien Saint a réagi en menaçant Naceur Bey et en encerclant son palais par ses troupes. C'est alors que le Bey, sur les conseils du Cheikh El Islam et de ses ministres se résigna à sauvegarder ce qui restera à sauvegarder, à savoir notre nationalité et notre identité qui étaient alors menacées car rien n’aurait empêché la France de faire de la Tunisie un département français à l’instar de l’Algérie. Se sentant humilié, il ne supporta pas l’affront et décéda le 8 juillet 1922. Il est enterré au mausolée du Tourbet El Bey situé dans la médina de Tunis. Il eut un enterrement populaire mémorable, il fut un souverain digne et très aimé par tous les tunisiens.

EM : Beaucoup de Tunisiens ne connaissent pas leur histoire alors ?

S BM : Malheureusement oui, les jeunes surtout et le fait que Mr Farhat s’adresse SEUL en direct par le biais des médias, sans avoir d’interlocuteur face à lui, dans un sujet aussi sensible pour le confondre,n’est pas normal en soi.

Ce qui est dangereux de sa part, c’est qu’il fait détester aux jeunes leur propre histoire en cherchant toujours à amoindrir les hauts faits des héros de notre nation. Mr Farhat n’a de cesse par ailleurs de tout rapporter à Bourguiba, comme si ce dernier nous avait créé ex nihilo, à partir de rien. C’est faux,  nous existions avant Bourguiba et avant la lutte nationale et avant la France et notre histoire nous ne l’avons pas étudiée dans les officines de la propagande Bourguibaliste!

L’histoire de la Tunisie a été trop longtemps falsifiée par la France et par les politiciens tunisiens qui continuent aujourd’hui à déformer l’histoire de notre pays. N’oublions pas qu’un pays souverain doit posséder la souveraineté de son Histoire.

 

Propos recueillis par A G

 

 

Commentaires

Ajouter un commentaire