Tunisie - Secteur laitier: le cri d’alarme de l’UTAP

L'Union Tunisienne de l'Agriculture et de la Pêche (UTAP) a appelé les ministères de l'Agriculture et du Commerce à intervenir immédiatement "pour sauver le secteur laitier, en situation précaire, à cause de la hausse vertigineuse des prix des fourrages composés".

"Les éleveurs, menacés de faillite sont prêts à utiliser tous moyens légaux afin de préserver le système de production ainsi que leurs sources de revenus", souligne l'organisation agricole dans un communiqué publié, mardi 7 août.

L'UTAP appelle en outre les parties concernées à fixer le rendement économique des produis animaliers selon des critères scientifiques qui tiennent compte du coût de production, notamment, l'alimentation (entre 60 et 80% du coût) et qui garantissent aux éleveurs une marge bénéficiaire acceptable. L'objectif étant de garantir la continuité et la durabilité de ces activités.

Il s'agit, par ailleurs, d'effectuer une actualisation périodique de ces critères, précise la même source. L'UTAP a recommandé d'augmenter le prix du lait au niveau de la production en prenant en considération le coût réel et en garantissant aux éleveurs une marge bénéficiaire acceptable (prix minimum 750 millimes le litre).

L'organisation a, par ailleurs, appelé à mettre en place une politique claire pour maîtriser l'importation des fourrages composés, d'assurer le contrôle et de simplifier les procédures d'importation. Les importateurs sont appelés à diversifier la gamme des produits importés, notamment ceux riches en protéines, et de ne pas se contenter d'importer la farine de soja, souligne l'organisation agricole.

Il s'agit en outre d'accélérer la mise en place d'une stratégie nationale visant la promotion des ressources fourragères locales et la valorisation des déchets agricoles.

Le communiqué évoque la "hausse vertigineuse" du prix des fourrages composés qui a atteint environ 53% pour le fourrage consacré à la production de lait, soit 690 dinars la tonne, contre 450 dinars la tonne, au cours du mois de février 2010.

TAP