Tunisie: Vers la création de deux instances régulatrices des médias ?

Le Syndicat tunisien des dirigeants des médias (STDM) a plaidé, mercredi 20 juin 2012 au Bardo, en faveur de la création de deux instances régulatrices des médias audiovisuels et de la presse écrite et de l'institution du principe de leur autonomie dans le texte de la Constitution.

"La constitutionnalisation de ces deux instances ne manquera pas de promouvoir le secteur de l'information et d'en garantir la liberté conformément aux règles déontologiques de la profession", a affirmé la Présidente du syndicat Amel Mzabi devant la commission constitutive des instances constitutionnelles.

Ces deux instances, a-t-elle ajouté, doivent être régies par un Conseil supérieur de l'information, dans le respect de leur indépendance.

Elle a également précisé que l'instance régulatrice des médias audiovisuels doit être indépendante y compris des syndicats représentant les professionnels du secteur qui, a-t-elle dit, pourront proposer des personnalités non représentées dans leurs organisations syndicales, tandis que l'instance régulatrice de la presse écrite doit être représentée par des membres des syndicats et de membres indépendants.

Selon Mme Mzabi, les membres de l'instance régulatrice des médias audiovisuels doivent être indépendants et hautement qualifiés.

Cette instance doit être composée de 9 membres :

- Un membre proposé par le président de la République,

- Deux membres proposés par le chef du gouvernement,

- Deux membres proposés par l'Assemblée Nationale Constituante,

- Un membre proposé par les établissements médiatiques,

- Un membre proposé par le Syndicat National des journalistes Tunisiens (SNJT),

- Un membre proposé par les métiers techniques non journalistiques,

- Un membre proposé par les médias publics.

Source : TAP