300 collégiens et lycéens participent au Campus UNESCO sur l’intelligence artificielle

300 collégiens et lycéens participent au Campus UNESCO sur l’intelligence artificielle

L’UNESCO a accueilli à son siège 300 jeunes de 14 à 17 ans pour un débat sur le thème de l’intelligence artificielle, le 22 mars 2019. Chaque mois, les CAMPUS UNESCO sont une occasion pour les étudiants de débattre et d’échanger avec des experts de la société civile et les équipes de l’UNESCO sur les grands sujets mondiaux.

Démystifier les enjeux de l’intelligence artificielle (IA), préciser les enjeux, écouter les questionnements des jeunes sur la gouvernance, l’éthique, l’avenir de l’emploi et les solutions durables offertes par l’IA : tels étaient les objectifs de cette discussion animée.

« L’homme sera-t-il un jour dépassé par les machines ? », «Peut-on faire confiance à l’intelligence artificielle ? », « L’intelligence artificielle peut-elle avoir des effets néfastes sur notre vie privée ? », c’est par ces questions de crainte et d’espoir que les étudiants ont interpellé, Nicolas Miailhe, co-fondateur de The Future Society et de The AI Initiative – un think-tank spécialisé dans l’impact et des conséquences de l’intelligence artificielle sur notre quotidien. Loin d’être idéaliste, M. Miailhe a relevé le défi de rendre accessible le concept d’intelligence artificielle et a donné sa vision sur le futur de cette technologie.

Au-delà de la dimension robotique et les prouesses algorithmiques, comme la reconnaissance faciale, l’IA peut aussi agir pour le bien social : en écho au mandat de l’UNESCO, la fondation Women’s Worldwide Web (W4) – première plateforme de crowd-funding en Europe – prouve que l’IA peut être une solution durable aux défis sociétaux, économiques et environnementaux. Sachant qu’environ 90% des futurs emplois demanderont des compétences en informatique, la présidente du W4, Lindsey Nefesh-Clarke, a présenté ses actions en faveur de la promotion de l’égalité d’accès des filles et des femmes aux technologies de l’information et de la communication (TIC).

Ce passionnant débat s’est clôturé par l’intervention de Sasha Rubel, point focal sur l’intelligence artificielle au sein de la Division des sociétés du savoir à l'UNESCO.  Elle a souligné le potentiel et l’impact de, cette technologie pour la réalisation des Objectifs de Développement Durable dans le respect des cadres légaux et éthiques.

Depuis leur création en 2014, 72 Campus UNESCO ont réuni plus de 22 500 jeunes, sur des thèmes qui vont des valeurs du sport, la citoyenneté, la paix, l’éducation des filles, en passant par les discours de haine, l’océan, la protection du patrimoine culturel ou encore la liberté d’expression et l’information digitale. Pour animer ces rencontres, plus de 110 experts de la société civile, journalistes, chercheurs, sportifs, artistes, navigateurs, entrepreneurs se sont associés aux équipes de l’UNESCO.

Votre commentaire

  • Soumis par Anonyme le 28 Mars, 2019 - 10:00
    On the one hand I believe that this meeting between Unesco, students and experts from civil society forms dialogue groups whose main characteristic is the confluence of diversity of thought and knowledge and the opportunity to create interesting and intelligent joint action routes. On the other hand I believe that first of all we can and must believe that people can be trained and be able to use technology with relevance to any need. The technology I think has been created precisely because it was necessary, not only to connect cultures and knowledge, but also to interact and configure together recourses, strategies and new models of life ... those that humanity is demanding ...