CTN: 11 mille passagers de moins, 15 millions DT de perdus et 16 millions DT de déficit

CTN: 11 mille passagers de moins, 15 millions DT de perdus et 16 millions DT de déficit

 

L’invraisemblable collision entre l’Ulysse et le porte-conteneur chypriote Virginia qui s’est produite le dimanche 7 octobre à 28 km du cap Corse et le comportement scandaleux des membres de l’équipage du navire qui s’en est suivi, ont ouvert les yeux des Tunisiens sur l’incompétence et le manque de professionnalisme de certains marins de la compagnie Tunisienne de la Navigation, ainsi que sur la mauvaise gestion de cette entreprise qui était jadis un des fleurons des sociétés du transport en Tunisie.

Néanmoins, tous les observateurs savent que les déboires de la CTN ne datent pas de cet accident et que sa descente aux enfers a commencé depuis très longtemps lorsque sa direction est devenue l’otage de ses syndicats irresponsables.

D’ailleurs, les résultats du trafic des passagers de la CTN durant la période de la haute saison de l’année 2018 qui s’est étalée du mois de juin au mois de septembre, ont donné l’alerte sur la situation de la compagnie.

Par rapport à la même période de l’année 2017, ce trafic a connu une diminution d’environ 6% puisque le nombre de passagers transportés de et vers l’Europe (Marseille et Gênes) a ainsi diminué  de 203 000 à 192 000 causant une diminution des recettes de l’ordre de 15 millions de dinars par rapport à l’année dernière.  Une diminution qui a causé un résultat déficitaire de la compagnie qui a semble-t-il dépassé les 16 millions de dinars durant les neufs premiers mois de l’année 2018.

Ces résultats sont dus à de nombreuses raisons

Les retards causés par les grèves sauvages des marins qui n’ont pas hésité, depuis l’année dernière, à prendre en otage, à  de nombreuses reprises, des milliers de voyageurs, ainsi que la mauvaise qualité des services et les pannes à bord particulièrement du  très mal entretenu Carr-Ferry Carthage, sont parmi les principales raisons qui ont impliqué ce résultat.

Lassés par les services dégradés de la CTN et par le manque flagrant d’hospitalité de certains de ses employés, de nombreux passagers Tunisiens préfèrent désormais se rabattre sur les services des Ferrys de la compagnie italienne Grandi Navi Veloci pour assurer leurs voyages pendant les vacances d’été.

La diminution du nombre des navettes entre la Tunisie et les ports de Gênes et de Marseille à cause des traversées organisés vers et à partir du port de Zarzis, peut aussi expliquer cette diminution du trafic des passagers car le ferry prend plus de temps pour arriver à destination en assurant cette nouvelle desserte. Un temps qui aurait pu être suffisant pour l’organisation d’autres navettes de et vers l’Italie. 
 
D’un autre côté, il faut préciser que la faillite de la ligne maritime entre la Tunisie et la Russie (port de '' Novorossisk '') lancé en novembre 2016 a causé d’énormes pertes à la CTN qui a dû supporter toute seule les conséquences désastreuses de l’ouverture de cette desserte.

Et ce en l’absence de toute subvention de l’Etat ou d’aide du CEPEX qui ont pourtant promis monts et merveilles à la Compagnie pour l’encourager à ouvrir cette ligne dans le cadre du renforcement de la coopération économique et commerciale entre la Tunisie et la Russie. Or il s’est avéré que cette ligne n’est pas du tout rentable. Ce qui a imposé la décision de sa fermeture prise depuis quelques jours. 

En somme donc, les déboires de la CTN ne datent pas d’hier et ses problèmes menacent désormais sa pérennité surtout que sa direction trop laxiste n’ose pas les affronter et n’a rien préparé pour relancer la compagnie. 

 
B.M.K.

Commentaires

Ajouter un commentaire