La presse tunisienne en chiffres

La presse tunisienne en chiffres

A l’occasion de la tenue des travaux du Ve congrès du Syndicat National des Journalistes Tunisiens (SNJT), qui se sont déroulés le 19 et 20 septembre à Tunis, sous le signe «Les droits des journalistes, un fondement de la liberté de la presse», Espace Manager a choisi de vous présenter le secteur de la presse tunisienne en chiffres :

-1578 est le nombre de journalistes professionnels en Tunisie qui sont détenteurs en 2020 de la carte délivrée par la commission indépendante d’octroi de la carte de journaliste professionnel.

-854 soit 54% sont des femmes (malgré la dominance féminine dans le secteur, l’accès des femmes journalistes aux postes de décision dans les médias Tunisiens ne dépasse pas les 11%)

-754 soit quelque 46% sont des hommes.

-18 sont des détenteurs de la carte Honorifique de journaliste professionnel délivrée par la commission indépendante aux journalistes en retraite.

-298 journalistes travaillent dans l’Établissement de la Radio Tunisienne qui gère dix chaînes de radio publiques dont les chaines régionales qui emploient le plus de journalistes. L’ERT est ainsi le plus grand employeur de journalistes :

 *154 journalistes dont 102 femmes et 52 hommes travaillent à la radio Tunisienne à Tunis (radio nationale, radio jeunes, RTCI et radio culturelle).

 *144 journalistes travaillent dans les radios régionales de Monastir, Sfax, Gafsa, Tataouine et le Kef dont 97 femmes et 47 hommes.

-222 journalistes travaillent à l’Etablissement de la Télévision Tunisienne dont 123 hommes et 99femmes.

-140 journalistes travaillent à l’agence TAP (83 hommes et 57femmes).

-166 journalistes travaillent dans les radios privées (96 femmes et 70 femmes).

-170 journalistes travaillent dans  les télévisions privées (88 hommes et 82 femmes).

-255 journalistes travaillent dans la presse papier (131hommes et 124 femmes).

-181 journalistes travaillent dans la presse électronique (94 femmes et 87 hommes).

-146 journalistes freelances (77 femmes et 69 hommes).

Presse sportive

387 personnes travaillent dans le secteur de la presse sportive (369 hommes et 18 femmes) dont :

*121journalistes professionnels.

*131 journalistes sportifs professionnels

*63 photographes

*62 correspondants

*10 journalistes sportifs freelances

Le déclin de la presse papier

Le nombre de titres dans la presse papier a considérablement régressé depuis la révolution à ce jour :

-De 244 journaux et magazines en 2011, on est passé à une cinquantaine de journaux (papier et électronique) et magazine seulement.

-En 2011, pour la presse papier on avait 17 quotidiens, 5 bi-hebdomadaires, 103 hebdos, 11 bimensuels, 69 mensuels, 9 bimestriels, 12 trimestriels, 2 biannuels et un annuel.

-En 2011, on avait 15 journaux électroniques reconnus qui remplissaient les critères :

 *Editer par une société Tunisienne, ayant un domicile connu en Tunisie

 *Diffuser un ours qui comprend les noms, fonctions et contacts du personnel de la société éditrice (rédaction, services commerciaux et administratifs)

 * Employer à plein temps au moins 3 journalistes professionnels détenteurs de carte.

 *Respecter la déontologie       

 * Diffuser un ours qui comprend les noms, fonctions et contacts du personnel de la société éditrice (rédaction, services commerciaux et administratifs)   

 *Déclare et verse l'ensemble des cotisations et contributions patronales et salariales aux organismes de recouvrement.

-Parmi les titres papier édité en 2011 il y’avait une quinze journaux de partis. Actuellement ils ont tous disparus dont El Fajr le journal du parti Ennahdha.

-Actuellement il n’y a plus que 8journaux quotidiens, 8 hebdomadaires, 8 magazines et une trentaine de journaux électroniques reconnus.  

Nour El Houda Ben Mrad
 

Votre commentaire