Motion de défiance contre le ministre des affaires religieuses, Ben Salem s’explique

Motion de défiance contre le ministre des affaires religieuses, Ben Salem s’explique

 

Le ministre des affaires religieuses du gouvernement d’union nationale, Abdeljalil Ben Salem n’a pas encore pris ses fonctions qu’on parle déjà d’une motion qui circule contre lui pour lui retirer la confiance qui vient de lui être accordée avec les autres membres du gouvernement.

En cause des déclarations qu’il a faites et dans lesquelles il a affirmé que « L’Islam politique est le projet d’avenir ».

Pour sa défense, le nouveau ministre a indiqué qu’il avait fait les déclarations incriminées en 2011 où il disait que « les mêmes conditions économiques et sociales qui ont été à l’origine de la chute du régime de Bourguiba ont poussé à la chute du régime de Ben Ali et qu’après la dissolution du RCD, c’est le mouvement Ennahdha qui représente l’Islam politique accèdera au pouvoir et c’est ce qui s’est passé ».

Toujours selon lui  la montée d’Ennahdha n’est pas due au fait qu’il soit une alternative au pouvoir mais en raison de la vague de sympathie qu’il suscite en raison de l’injustice endurée par ses dirigeants et ses partisans. »

M. Ben Salem ajouté qu’il aussi dit que l’Islam politique ne peut pas gouverner seul comme il ne peut pa durer au pouvoir car il n’en pas la capacité. C’est pour cela, précise-t-il qu’il a conseillé aux dirigeants d’Ennahdha de quitter le pouvoir en 2013 ce qui a indisposé beaucoup d’islamistes à cette époque ».

Concernant ses projets pour son ministère il a souligné qu’il continuera à assurer la neutralité des mosquées et qu’il poursuivra l’action de formation des Imams selon les traditions islamiques tunisiennes du rite malékite acharite et soufi.

Commentaires

Ajouter un commentaire