Néji Bghouri : la justice transitionnelle n’a pas englobé le secteur de la presse

 Néji Bghouri : la justice transitionnelle n’a pas englobé le secteur de la presse

 

Le président du Syndicat national des journalistes tunisiens (SNJT), Néji Bghouri a regretté samedi que le processus de la justice transitionnelle n’a pas englobé jusqu’ici le secteur de la presse. »

Dans son témoignage lors d’un séminaire sur la mémoire journalistique et la réforme du secteur de l’information organisé par la Fondation Temimi pour la recherche scientifique et l’information, il a indiqué que le syndicat avait présenté à l’Instance « Vérité et Dignité » un dossier sur les violations commises contre la presse sous l’ancien régime sans pour autant avoir une suite favorable à ce sujet.

Lors de son Congrès de 2011, le SNJT avait recommandé l’élaboration d’une liste noire des journalistes véreux et impliqués dans la rédaction de rapports compromettant leurs collègues, mais la Fédération internationale des journalistes (FIJ) avait jugé préférable de régler cette question dans le cadre du processus de la justice transitionnelle, a-t-il indiqué.

« Le SNJT attend jusque-là sa convocation par l’IVD pour livrer son témoignage à ce sujet », a-t-il souligné. Selon Bghouri, le Syndicat national des journalistes tunisiens n’avait pas réussi non plus à obtenir de la présidence de la République (sous l’ancien président Moncef Marzouki) une liste officielle de ces journalistes et un bilan de l’argent dépensé sous l’ancien régime pour acheter la conscience des journalistes.

A ce propos, Néji Bghouri a mis en garde contre le retour de la machine de la répression et l’adoption par la présidence de la République et le gouvernement des mêmes pratiques utilisées sous l’ancien régime.

Le système de copinage, les invitations tentantes et les propositions de loi liberticides, à l’instar du projet de loi proposé par le Mouvement Nidaa Tounes et relatif à la criminalisation de la « cyber-diffamation » sont autant de manœuvres qui laissent croire le retour des mêmes anciennes politiques.

Commentaires

Ajouter un commentaire