Rades : des défenseurs de l’environnement protestent contre la construction d’une route par le parc Farhat Hached

 Rades : des défenseurs de l’environnement	protestent contre la construction d’une route par le parc Farhat Hached

 

Des associations environnementales se sont rassemblées, dimanche au parc Farhat Hached, à Rades, pour protester contre la construction d’une route traversant le parc Farhat Hached, en scandant : ‘’Touche pas à mon parc. Non au massacre, non au cisaillement du Parc Farhat Hached à Ben Arous’’.

Ils ont, en effet, appelé les autorités à renoncer au projet de construction d'une rocade de liaison entre la cité sportive de Rades, la Route Régionale 33 et l’intercommunale Nord.

Le vice-président de l'Association de Mégrine pour l'innovation et la sauvegarde (AMIS), Heykel Khomsi a déclaré qu’il s’agit d’une mobilisation citoyenne qui vise à défendre le parc Farhat Hached, unique espace vert de la banlieue sud situé entre trois communes : Ben Arous, Megrine et Rades, ajoutant que ce projet est une violation flagrante de l’équilibre environnemental dans la région et une menace pour le système de développement durable.

De son côté, le secrétaire général de l'association ‘’AMIS’’ Tawfik Najar, a indiqué que le ministère de l’équipement et de l’Habitat a arrêté cette décision sans prendre en considération les propositions et les avis de la société civile, des associations et des structures environnementales présentés à l'Agence de protection de l'environnement censée mesurer l'impact de ce projet sur l'environnement.

Pour rappel, le parc Farhat Hached à Rades a été inauguré en 2002 et s'étend sur 300 hectares. Il comporte une maison de l'environnement, des aires de jeux, des terrains de sport, un zoo, y compris une forêt contenant une riche variété d’arbres, d’arbustes et de plantes.

Cette route dont le démarrage des travaux est prévu pour le mois de juin prochain permettra aux véhicules en provenance des villes du nord-ouest de rejoindre la banlieue sud sans passer par la capitale.

Commentaires

  • Soumis par Farid Mtayer le 1 Mars, 2018 - 11:53
    D'autres alternatives sont possible, plutôt que de détruire ce Parc, qui est aussi un lieu social pour tous les habitants qui vivent en bordure. Développer les transports en commun permet une circulation plus facile, pour tous et moins cher. Défendons ce Parc, c'est un refuge.

Ajouter un commentaire