Saïda Agrebi crie à l’injustice depuis Paris

Saïda Agrebi crie à l’injustice depuis Paris

Quelques semaines avant d’éditer son livre : « Destin d’une mère trahie par les…. De la Patrie : Parcours d’une Combattante de cœur », l’ancienne présidente de l'Association tunisienne des mères (ATM), Saida Agrebi s’est exprimée pour la première fois depuis la révolution sur une radio Tunisienne à travers les ondes d’Express FM.

Depuis Paris où elle vit en exil forcée, Saida Agrebi est revenue sur sa pénible situation actuelle.  

Bien qu’aucune charge n’ait été retenue contre elle et bien que la justice française l’ait innocentée dans un procès qui a été intenté depuis des années par les autorités tunisiennes, Saïda Agrebi a indiqué que les autorités tunisiennes ont refusé de lui renouveler son passeport, la privant, ainsi, d’avoir une identité et un statut pour pouvoir se déplacer : « Bien que ce soit un droit constitutionnel des plus élémentaires, on s’est acharné sur moi et on continue à me priver de mon passeport. Je n’ai même pas pu assister aux funérailles de mon fils unique bien que j’aie remué ciel et terre pour rentrer à Tunis et venir lui dire adieu avant son enterrement. »

Saïda Agrebi a ajouté : Je n’ai pas droit à ma retraite, on m’a volé tous mes biens et je ne peux même assurer l’éducation de mes petites-filles ».

Dans son témoignage, elle a indiqué que durant son exil forcé loin de sa patrie, elle a vécu dans la terreur, la tristesse et même le besoin.

Revenant sur l’Instance Vérité et Dignité, elle a indiqué qu’elle ne croit pas qu’il y a de justice transitionnelle, ajoutant dans ce sens : « C’est une justice basée sur la vengeance. Il y a un traitement sélectif et les dossiers sont traités au cas par cas ». 

Par ailleurs, elle est revenue sur sa relation avec l’ancien président, Zine Abidine Ben Ali, indiquant qu’il la surnommait « la militante ». Elle a ajouté : « Il m’a présenté ses condoléances pour le décès de mon fils. Et il m’a dit qu’on pouvait me confisquer tous mes biens, mais personne ne pouvait renier mon militantisme". 

Il est à signaler que malgré son deuil et l’éloignement de ses petites-filles, Saida Agrebi essaye de se reconstruire à travers l’associatif auquel elle s’est toujours consacrée.

Elle a même créé en France une ONG Internationale appelée OISAT/WASAT pour la Solidarité, l’Amitié la Tolérance et la Paix.

 

Votre commentaire

  • Soumis par Sondés JEAN le 1 Avril, 2019 - 19:34
    Une des ressources tunisiennes perdues...que l on soit pour ou contre son actif, cette dame demeure une figure emblématique de l histoire tunisienne et un socle de rayonnement de la Tunisie a l échelle internationale jusqu'à aujourd'hui.
  • Soumis par Sondés JEAN le 1 Avril, 2019 - 19:31
    Une des ressources tunisiennes perdues...que l on soit pour ou contre son actif, cette dame demeure une figure emblématique de l histoire tunisienne et un socle de rayonnement de la Tunisie a l échelle internationale jusqu'à aujourd'hui.
    Adresse mail: 
    Ss.jean.lab@gmx.fr
  • Soumis par Désirée Bellaiche le 31 Mars, 2019 - 21:21
    J ai connu s’aida agrebi en 1994 lors d une conférence au sénat à paris où elle intervenait brillamment. Depuis ce jour nous nous sommes liées d amitié et elle m a passé le virus du domaine associatif . Tout ce qu écrit S’aida Agrebi n est que pure vérité car j ai été témoin de nombreux moments notamment au décès de son fils Ahmed , mon filleul Allah yerhamou. Il est regrettable de constater qu une femme qui a consacré sa vie à naviguer dans le monde entier pour promouvoir l’image de son pays soit interdite de retour. Il faut que justice lui soit rendue et su elle puisse se recueillir sur la tombe de son unique enfant et passer le reste de sa vie auprès de ses petites filles qui ont besoin d’elle .
    Adresse mail: 
    Désirée. Bell7@gmail.com
  • Soumis par Mhamedi le 31 Mars, 2019 - 21:09
    C 1 militante qui ne mérite pas cette injustice tt ce qu' elle a fait pour son pays elle ne demande que reconnaissance
  • Soumis par mouhaned socrate le 31 Mars, 2019 - 20:45
    je voudrai remercier espace manger pour la compétence, le professionnalisme et le sérieux de son équipe de rédaction couvrant les événements et l'actualité en toute objectivité il est temps que la vérité de Saida AGREBI et l'injustice subie soient connues par le peuple tunisien
    Adresse mail: 
    mouhanedsocrate@gmail.com