« Vérité et Justice pour les assassinats politiques : Belaid, Brahmi, Naghedh, »

« Vérité et Justice pour les assassinats politiques :  Belaid, Brahmi, Naghedh, »

 

Des personnalités politiques, syndicales et culturelles indépendantes ont lancé une initiative qui consiste en la formation d’un collectif « Vérité et Justice pour les assassinats politiques :  Belaid, Brahmi et Naghedh».

L’objet principal de ce collectif, a indiqué Adnène Belhaj Amor, membre du collectif, est d’exiger la rapide ouverture des procès des assassins des trois martyrs et de dénoncer toute tentative de cacher la vérité, quels qu’en soient les auteurs, ou de couvrir certains éléments, liés ou non au pouvoir de l’époque.

Il a ajouté que « le collectif fera tout pour que les autorités concernées contribuent à donner les réponses claires et nettes à ces questions : Qui a tué Chokri Belaid, Mohamed Brahmi et Lotfi Naghedh et qui sont derrière les assassins directs ? »

Les membres du collectif ont publié, lundi, une déclaration dans laquelle ils estiment que « les trois assassinats n’ont pas été des actes individuels et isolés, mais, plutôt une opération organisée, de manière concertée, par des groupes qui assument ouvertement leur appartenance à l’idéologie de l’islam politique et qui ont exploité le climat alimenté par les takfiristes, les ennemis de la liberté et de la démocratie, ainsi que ceux qui les manipulent ».

Ils considèrent que le gouvernement de l’époque, « la Troïka (…) un gouvernement totalement dominé par le parti islamiste Ennahdha » assume une « grande part de responsabilité dans ces assassinats ».

Ils ajoutent que « les quatre longues années écoulées depuis les assassinats de Belaid et Brahmi, ajoutées aux multiples manœuvres, irrégularités et manipulations qui ont entaché le cours du processus judiciaire concernant les deux affaires, sont de nature à rendre légitimes les craintes et inquiétudes de l’opinion publique sur l’existence d’une volonté politique réelle de faire toute la lumière et de dévoiler toute la vérité quant aux responsables directs de cet assassinat, et aussi aux responsables indirects, complices et tous ceux qui sont, d’une manière ou d’une autre, impliqués dans ces meurtres ».

« Ces meurtres barbares inspirés et exécutés par ceux qui instrumentalisent la religion pour servir leurs projets politiques, ne reculant pas devant l’usage de la violence, l’assassinat et le terrorisme pour réaliser leurs sordides objectifs», lit-on dans le texte de la déclaration.

Le collectif est composé des personnalités suivantes : Adnene Belhaj Amor, Abdelaziz Belkhodja, Raja Farhat, Leila Toubel, Anouar Moalla, Naceur Brahmi, Ilhem Bizid, Haifa Ben Abdallah, Radhia Ben Ammar, Amira Aleya Sghaier, Youssef Farhat, Mohamed Salah Fliss, Salah Horchani, Neila Jrad, Slaheddine Khlifi, Nefissa Wafa Marzouki, Salem Ounaies, Mohamed Salah Souissi et Salah Zeghidi.

Votre commentaire

  • Soumis par Chaalala Mohamed le 8 Février, 2017 - 08:21
    Pourquoi personne ne parle de l'assassinat de Salah Ben Youssef? Le tunisien aime toujours occulter la vérité. Nous devons réécrire l'histoire de la Tunisie!