La Caisse des Dépôts et Consignations (CDC) enregistre des performances significatives

La Caisse des Dépôts et Consignations (CDC) enregistre des performances significatives

Célébrant son huitième anniversaire, la Caisse des Dépôts et Consignations (CDC) affiche des performances significatives. A fin juin 2019, elle a enregistré un total de bilan de 7 771 MDT (+10,4% par rapport à fin juin 2018), des revenus à hauteur de 278,6 MD (+16%) et un résultat net de 35,3 MDT (+69,8%) contre respectivement un bilan de 7 042 MDT et un résultat de 20,7 MDT au cours de la même période de l'année 2018. Les fonds propres se sont accrus au cours du premier semestre 2019 à 317,9 MDT, alors qu’ils n’étaient que de 282,6 MDT au terme de l’exercice 2018. Selon les estimations établies, la CDC clôturera l’année 2019 sur le même élan, en poursuivant son rythme de croissance, tout en prévoyant une série de nouvelles initiatives pour 2020.

A ces indicateurs financiers en nette croissance s’ajoute un rayonnement régional et international de la CDC. Citée en référence par les institutions financières (Banque mondiale, BAD, etc.), la Caisse entreprend un rôle actif au sein des réseaux africains et méditerranéens des Caisses des Dépôts et Consignations, ainsi que dans les grands forums d’investissement, nouant relations de collaboration et partageant expertises. Aussi, elle ne cesse d’établir des partenariats mutuellement utiles avec l’Agence Française de Développement (AFD, projet Enlien), la Cassa Depositi e Prestiti (CDP) et autres institutions consœurs.

Bras financier de l’Etat tunisien pour sécuriser et fructifier plus de sept millions de dinars en dépôts et consignations, la CDC a été créée en 2011 en tant que véhicule d’investissement en appui aux politiques publiques de développement et de soutien aux grands projets, au développement régional, à l’innovation, et aux startups et PME génératrices d’emplois. 

Cinq axes stratégiques constituent sa feuille de route, souligne Dr Boutheina Ben Yaghlane, directrice générale de la CDC. Il s’agit de : 
1.    soutenir les grands projets structurants à fort impact sur les régions,
2.    appuyer les transitions majeures de la Tunisie (numérique et énergétique),
3.    être l’acteur de référence pour promouvoir les projets en partenariat public-privé (PPP),
4.    accompagner les PME porteuses de compétitivité et créatrice d’emplois 
5.    contribuer à la dynamisation du marché financier aussi bien primaire que secondaire.

En huit ans d’exercice, la CDC est parvenue à se doter d’une doctrine d’investissement claire et à réaliser une vraie montée en compétences, et ce grâce à son cadre règlementaire, son mode de gouvernance spécifique, et au renforcement de ses capacités.

Les indicateurs financiers approuvés de l’exercice 2018 soulignent que 2018 aura été l’année de la confirmation de la CDC. Avec un total de bilan                            de 7 427 MDT et un résultat net de 45,9 MDT, l’engagement de la Caisse est nettement réaffirmé à tous les niveaux notamment l’innovation et le développement. Pas moins de 400 millions de dinars sont en effet investis dans 18 projets, 14 fonds communs de placement à risque (FCPR) opérationnels et une SA assimilée à un FCPR créés. Mais aussi, 9 fonds communs de placement (FCP) actions, 11 entreprises cotées en bourse, en plus d’une contribution significative à la dynamisation du marché obligataire tunisien où sa part dépasse aujourd’hui les 12%, part libérée par la CDC dans les emprunts obligataires auxquelles elle a participé.

En pilote de l’innovation, la CDC est l’actionnaire privilégiée de six technopoles en Tunisie, à savoir : 
1.    Novation City à Sousse, spécialisée en mécatronique, 
2.    BiotechPole de Sidi Thabet, spécialisée en biotechnologie, 
3.    Technopole de Sfax, spécialisée en TIC et multimédia,
4.    Politech de Gabès, spécialisée en écotechnologies et énergies renouvelables,
5.    Technopole Borj Cédria, spécialisée en énergies renouvelables et valorisation des déchets  
6.    Le Complexe Industriel et Technologique (CIT) de Médenine.

La CDC s’est également engagée en 2018, ajoute Dr Ben Yaghlane, dans la mise en œuvre d’un programme de développement des Startups et, ce, dans le cadre de la loi Startup ActTunisia. Ce programme dénommé ANAVA (en avant en bon tunisien!) est une initiative nationale pour impulser une dynamique de financement des Startups via plusieurs leviers, y compris la création du fonds de fonds pour l’innovation et les startups de taille cible de 200 millions d’euros avec un premier closing de 100 millions d’euros. La CDC joue ainsi un rôle prépondérant dans le positionnement de la Tunisie comme hub régional pour les Startups. De plus, la CDC contribue à la dynamisation de l’écosystème entrepreneurial tunisien via le projet Enlien (Entrepreneuriat et lien social en Tunisie) qui vise à promouvoir et accompagner des initiatives entrepreneuriales qui participent à la lutte contre le chômage des jeunes et à la dynamisation de l’entrepreneuriat, notamment social et féminin.

S’employant à promouvoir le développement régional et la création des opportunités d’emplois durables dans les régions, la CDC a lancé en 2013 le Fonds de Développement Régional (FDR) de taille de 50 millions de dinars pour le financement des entreprises implantées dans les zones de développement régional. A la clôture de ce fonds en fin 2018, le FDR a financé 25 projets dans tous les secteurs d’activité pour un total décaissement de 38 millions de dinars (41% en Capital Création et 59% en Capital Développement). Le coût des projets financés s’élève à 300 millions de dinars. Ces interventions s’inscrivent dans la lutte contre le chômage et l’investissement favorisant la réduction des inégalités sociales. Un autre fonds nommé CDC Croissance de 30 millions de dinars a vu également le jour et tous les deux sont gérés par sa filiale CDC Gestion.

Dans un souci de soutien à la responsabilité sociétale des entreprises, la CDC s’inscrit dans trois projets traduisant son profond engagement, à savoir la labellisation RSE de la CONECT, l’accréditation au fonds vert des Nations Unies et l’étude de la construction de son nouveau siège totalement écologique et énergétiquement autonome.

Le chemin parcouru par la CDC, conclut sa directrice générale, Dr Ben Yaghlane, est jalonné de performances saluées et de notoriété confirmée. Sa gouvernance est solidement structurée, son organisation soutenue par un système d’information intégré et des procédures de management bien établies, s’appuyant sur des ressources humaines érigées en véritable capital et comprenant des compétences spécialisées de haut niveau. Ce sont là les leviers puissants qui ont permis à la CDC d’accomplir avec brio sa mission et de jouer pleinement son rôle de tiers de confiance Socialement Responsable.
 

Votre commentaire

CAPTCHA
This question is for testing whether or not you are a human visitor and to prevent automated spam submissions.