L’armée nationale protège une soixantaine d’installations vitales

L’armée nationale protège une soixantaine d’installations vitales

 

« L’attribution à l’armée nationale la protection des sites vitaux du pays exige la publication d’un texte de loi ou la promulgation d’un décret présidentiel définissant les champs d’intervention de l’armée et dressant une liste des zones et des sites à sécuriser », a indiqué le ministre de la défense Farhat Horchani au cours de son audition ce mercredi par la Commission parlementaire de la sécurité et de la défense. Horcahani a annoncé la formation d’une commission au sein du département pour élaborer un projet de décret définissant les champs d’intervention de l’armée nationale dans les domaines civils et dressant les installations qui seront placées sous sa protection. Ce projet, a-t-il ajouté, sera bientôt remis au président de la République ». Il a rappelé que l’armée nationale protège actuellement quelque 60 installations vitales, dont 30 installations pétrolières et gazières.

Le ministre de la défense a, par ailleurs, affirmé que « l’armée tunisienne est une armée républicaine. Sa mission est la sécurisation des sites vitaux. Il ne lui appartient pas d'entrer en confrontation avec les protestataires ou de faire usage de la force, sauf dans des cas extrêmes où la sécurité de ses membres ou des installations placées sous sa protection est menacée », a-t-il dit.

« Depuis l’indépendance, l’armée nationale assume de responsabilités civiles », a-t-il rappelé, faisant état, à ce propos, de l’absence d’un texte juridique clair et fédérateur sur les modalités et les champs d’intervention de l’armée dans les affaires civiles.

Cette annonce intervient suite aux instructions données par le chef de l’Etat à l’armée nationale pour protéger les sites vitaux et stratégiques du pays.

 « Il n’est plus permis aujourd’hui d’interrompre la production ou de barrer les routes », avait-il dit en allusion à l’interruption récurrente de la production sous la pression des mouvements de protestation.

Commentaires

Ajouter un commentaire