Le président de l’UTICA reçoit des parlementaires européens

Le président de l’UTICA reçoit des parlementaires européens

 

En marge des travaux de la 3eme session de la commission parlementaire tuniso-européenne, une délégation de parlementaires européens a été reçue, le 18 septembre 2018, par M. Samir Majoul, président de l’Union Tunisienne de l’Industrie, du Commerce et de l’Artisanat, en présence de M. Hamadi Kooli, vice-président de l’UTICA.

Les deux parties ont discuté des questions relatives à la coopération bilatérale notamment les moyens de promouvoir les échanges bilatéraux et l’amélioration du climat des affaires. Elles ont souligné l’importance de la relance socio-économique en la Tunisie et la nécessité de soutenir les efforts de la Tunisie pour la mise en œuvre des grandes reformes nécessaires pour surmonter les défis auxquels elle est confrontée. 

M. Majoul, a mis l’accent sur l’importance des relations de la Tunisie avec l’Union Européenne qui est son premier partenaire économique.

Après avoir souligné les progrès réalisés pour la mise en place d’une véritable démocratie, M. Majoul mis l’accent sur l’importance de la mise en œuvre des reformes nécessaires pour la relance économique afin d’améliorer la situation économique de la Tunisie.

Abordant le rôle joué par le secteur privé dans le développement du pays, M. Majoul a  affirmé que le secteur privé tunisien continue à créer de la croissance malgré toutes les difficultés qu’il rencontre.

Abordant la question relative à l’accord ALECA, M. Majoul a affirmé que cette accord doit s’inscrire dans une vision large de la coopération bilatérale et ne doit pas être perçu comme un simple accord commercial bilatéral. Cet accord, a ajouté M. Majoul, doit prendre en considération la situation des différents secteurs de l’économie tunisienne tout en veillant à l’adoption  de mesures d’accompagnement pour permettre à ces secteurs de réussir leur intégration. Les deux parties ont aussi mis l’accent sur l’importance de prendre les bonnes décisions pour créer et réunir les conditions de réussite pour l’accord ALECA.

Lors des discussions les deux parties ont également  mis l’accent sur l’importance de la stabilité du climat des affaires en Tunisie, la lutte contre l’économie informelle et la mise en œuvre des grandes réformes nécessaires. Elles ont aussi passé en revue les secteurs propices au développement de la coopération bilatérale.

 

 

Commentaires

Ajouter un commentaire