Le travail des enfants ou l’esclavage moderne

Le travail des enfants ou l’esclavage moderne

 

Depuis plus de onze ans, le travail des enfants est reconnu comme une question essentielle des droits de l’homme au travail, aux côtés de la liberté syndicale, du droit à la négociation collective, de l’abolition du travail forcé, de la non-discrimination dans l’emploi et la profession.

A l’occasion de la 4ème Conférence mondiale sur l’élimination durable du travail des enfants, qui se tient à Buenos Aires du 14 au 16 novembre, l’Organisation internationale du travail alerte sur les difficultés à mettre fin à ce fléau.

Malgré le vaste mouvement de réforme sociale qui s’est développé autour de cette question, il demeure plus de 152 millions d’enfants de 5 à 14 ans travaillent, soit 1 enfant sur 10 dans le monde,  dont au moins 70 millions, chiffre alarmant, sont soumis aux pires formes de travail. 

70 millions en Afrique

Les garçons (88 millions) sont un peu plus nombreux que les filles (64 millions). La plupart d’entre eux (71 %) sont employés dans l’agriculture, mais près de la moitié de ces enfants travaillent dans des conditions dangereuses pour leur santé, leur sécurité ou leur développement moral.

L’Afrique est le continent le plus touché. Plus de 70 millions d’enfants y travaillent, soit presque la moitié de tous les travailleurs infantiles à travers le monde. D’après les estimations de l’OIT, un enfant africain sur cinq serait concerné. Dans la zone Asie-Pacifique, 7 % des 5-17 ans sont contraints de travailler.

L’organisation onusienne souligne également un point surprenant. C’est bien dans les pays aux revenus les plus faibles que le taux d’enfants mis au travail est le plus élevé (19 %). En revanche, en nombre, ce sont les pays aux revenus moyens qui fournissent le plus de travailleurs : 84 millions, soit 56 % du total mondial.

Si la réduction du nombre de travailleurs infantiles passe par des actions ciblées sur les pays les plus pauvres, il est donc essentiel de ne pas oublier les pays en développement, rappelle ainsi l’OIT.

40 millions d’« esclaves modernes »

Et le constat n’est guère plus encourageant s’agissant du travail forcé. 40 millions de personnes, adultes comme enfants, étaient concernés par l’esclavage moderne. Pour 25 millions, c’est du travail forcé. Les 15 millions restants sont impliqués dans un mariage contre leur gré. Parmi tous les esclaves, 10 millions sont des enfants.

Les femmes et les filles sont plus concernées. Elles représentent 71 % des esclaves. Elles sont surtout concernées par les mariages forcés et l’exploitation sexuelle. Près de 4 millions de personnes, dont 1 million d’enfants, étaient victimes d’exploitation sexuelle en 2016. Principalement en Asie.

« Le fait que notre société compte encore chaque jour 40 millions de personnes est une honte pour nous tous, s’insurge Andrew Forrest, président de la Walk Free Foundation, qui a cosigné le rapport de l’OIT. Si nous prenons en compte les données de ces cinq dernières années pour lesquelles nous disposons de chiffres, 89 millions de personnes ont été soumises à diverses formes d’esclavage moderne pour une période allant de quelques jours à cinq années entière. A cela s’ajoute une tolérance choquante face à l’exploitation. Nous devons mettre fin à tout cela. Nous avons tous un rôle à jouer pour changer la situation actuelle – le monde des affaires, les gouvernements, la société civile, chacune et chacun d’entre nous ».

En Tunisie aucune statistique sur le travail des enfants

La Tunisie a présenté en avril 2017 un projet « Ensemble contre le travail des enfants » qui a récemment pris de l'ampleur selon le ministre des Affaires sociales, Mohamed Trabelsi.

Bien que des statistiques exactes ne soient pas encore disponibles sur le travail des enfants, ce phénomène a pris ces dernières années une certaine dimension quand même, surtout avec la situation actuelle en Tunisie, une situation de transition, d’instabilité et d’affaiblissement de l’état.

Financé à hauteur de 3 millions de dollars par les Etats-Unis, le programme élaboré pour lutter contre le travail des enfants a été développé par le Bureau international du travail (BIT) en collaboration avec le ministère des Affaires sociales et doit se dérouler sur trois ans (2017-2020).

100.000 enfants quittent l'école chaque année d'une façon prématurée pour une raison ou pour une autre, surtout dans les régions rurales et ça touche principalement les filles, les jeunes filles.

Il apparait que les secteurs les plus touchés par le travail des enfants en Tunisie sont l'agriculture, au niveau des fermes familiales, les petits ateliers de menuiserie, les garages (de mécaniciens), les coiffeurs et également le travail domestique pour les petites filles.

Quelles sont les causes ?

La pauvreté, principale cause du travail des enfants

Les facteurs du travail des enfants sont nombreux : pauvreté, instabilité politique, chômage, absence de couverture sociale, inégalité des genres, discriminations, manque d’éducation de qualité, situations de crise ou encore migrations. Dans ces contextes, les enfants sont particulièrement vulnérables et se retrouvent contraints de travailler pour survivre et aider leur famille.

La majeure partie du travail des enfants : l’agriculture

Toujours victimes du travail des enfants, toutes les chaînes de production, de l’agriculture à l’industrie, des services à la construction, courent le risque d'employer des enfants. A l’échelle mondiale, les enfants travaillent en majorité dans le secteur agricole. Ce secteur emploie 98 millions de petites filles et de petits garçons âgés entre 5 et 14 ans, ce qui représente 59 % de tous les enfants qui travaillent dans le monde. Ces enfants contribuent à produire la nourriture et les boissons que nous consommons tous : céréales, cacao, café, fruits, sucre, huile de palme, riz, thé, légumes, élevage d’animaux, etc.

Des enfants privés d’avenir

Le travail abusif a des conséquences désastreuses sur l’enfant. Non seulement, il est privé d’une éducation qui lui permettrait de sortir de la pauvreté, mais de plus il en ressortira avec des séquelles physiques et psychologiques qu’il gardera à vie ;

Comment lutter contre le travail infantile

Pour lutter efficacement contre le travail des enfants, il faut :

1.Rendre l'école gratuite

La scolarisation est le moyen le plus sûr de lutter contre le travail des enfants. Un enfant qui va à l'école est un enfant qui sort de la pauvreté. Devenu adulte, il pourra avoir un travail avec un bon salaire, et à son tour, envoyer ses enfants à l'école. Pour que ce soit possible, chaque pays doit s'engager à rendre la scolarisation obligatoire et à offrir de bonnes écoles gratuites à ces enfants.

  1. Sensibiliser les entreprises

Dans certains pays, surtout en Asie (Chine, Inde, Bangladesh…), il est courant de trouver des enfants qui travaillent dans des entreprises. Ce sont souvent des emplois difficiles (du travail à la chaîne en usine) et mal payés. L'une des solutions pour lutter contre cette forme de travail est d'expliquer aux chefs des entreprises qui embauchent des enfants pourquoi il ne faut pas le faire. C'est l'une des actions menée par l'IPEC (programme international pour l'abolition du travail des enfants), qui agit dans 88 pays.

  1. Surveiller les lieux où les enfants travaillent

C'est un moyen de repérer les enfants qui travaillent et de les aider à changer de vie, à aller à l'école… C'est aussi une manière de lutter contre l'exploitation des enfants, de s'assurer que ceux qui travaillent le font dans de bonnes conditions : pas de travail dangereux, une paie correcte, un nombre normal d'heures…

  1. Éviter d'acheter des produits fabriqués par des enfants

C'est une action qui nous concerne, nous, les consommateurs des pays riches. Bien sûr, il n'est pas facile de savoir si un objet ou un vêtement a été fabriqué par un enfant. Mais quelques indices peuvent nous mettre sur la voie : le produit est bon marché, et l'étiquette indique « Fabriqué en Chine (ou en Inde, au Bangladesh, au Népal…) ». Il y a alors de grandes chances pour que ce produit ait été fabriqué soit par un enfant...

Les solutions appartiennent aux gouvernements pour ce qui est des choix politiques et des arbitrages budgétaires. La crise économique mondiale actuelle ne saurait servir de prétexte pour abandonner ces priorités. Un monde sans travail d’enfants est possible.

A.K

 

 

 

Votre commentaire

  • Soumis par Khaleesi le 18 Avril, 2019 - 11:01
    Magnifique article. C'est un fléau dévastateur en effet et pourtant, ça ne s'arrête pas! De plus, la journée mondiale de lutte contre l'esclavage des enfants semble passée totalement inaperçue par le grand public : http://al-manach.com/2019/04/16/16-avril-journee-mondiale-de-lutte-contre-lesclavage-des-enfants/
    Adresse mail: 
    najtbaudier@gmail.com