Madame la Gaffe et les Cosettes

Madame la Gaffe et les Cosettes

Femme politique tunisienne aux orientations libérales, ayant intégré le monde de la politique au lendemain de la révolution du 14 janvier 2011. Ex Secrétaire d'Etat chargée des affaires de la jeunesse au gouvernement d'union nationale, et ce d’Août 2016 à Septembre 2017. Et puis la revoilà qui intègre les rangs du nouveau mouvement Tahya Tounes, à la recherche d’une place au soleil !

Cette dame réagit au drame de Sebala: en écrivant dans un post  : "Ce qu'on ne dit pas c'est que la survie du secteur agricole déjà sinistré repose sur ces femmes, et ce mode de transport primitif est avantageux en terme de couts, et l'interdire reviendrai à priver le secteur de la main d'œuvre, et l'état n'a pas les moyens de développer l'infrastructure de transport en commun..."

En tant que femme politique qui a eu des responsabilités gouvernementales, au lieu d'apporter son soutien massif à ces travailleuses misérables d'un autre temps, cette femme apprentie sorcière a voulu défendre ces transporteurs qui ne font que profiter de la misère de ces femmes en les entassant comme du bétail pour aller travailler durement sur les champs.

C'est un raisonnement défaillant d'une libérale connue, ancienne d'Afek qui a toujours vécu dans de la soie et qui ne connait pas réellement le monde rural et sa misère.  Le libéralisme leur horizon, la misère notre quotidien ! Elle se dit par­ti­sane de la liberté. Mais en pra­tique, on constate qu’elle laisse tota­le­ment de côté « la libé­ra­tion à l’égard de la misère, contenu concret de toute liberté ».

A quoi sert "le Politique" qui ne résout pas les problèmes et les dérives dans notre société en apportant les bonnes réponses et les solutions adéquates.  Pour la libérale qu'elle est et ils sont nombreux en Tunisie de Mehdi Jomaa à Yassine Brahim en passant par Youssef Chahed et ceux d'Ennahdha, c'est le laisser faire du marché sans aucune intervention de l’état pour réguler est la bonne solution. L'état devient spectateur et complice des lobbies et ses dérives, en les aidant à privatiser tous les secteurs de la vie et en les protégeant dans l'exploitation à mort des salariés ouvriers. Ceci ne fait pas progresser le pays vers un avenir politique démocratique, économique et social meilleur. C'est une démission du politique qui devient un agent, un mercenaire au service d'un système mafiosi qui exploite les humains. C'est pour ça que nous ne pouvons pas cautionner ce misérable post d'une femme qui a profité de la politique pour se faire un nom.

En mars 2017, elle est nommée par le Forum économique mondial, souvent appelé forum de Davos, parmi la prestigieuse liste des "Young Global Leaders", intégrant les noms de jeunes leaders du monde entier ayant le plus d'impact pour servir la politique libérale des grandes puissances et de leurs entreprises afin de coloniser de nouveau  politiquement et économiquement certains pays dont la Tunisie. Ainsi vous comprenez pourquoi cette dame défend l’indéfendable en étant adepte du marché roi qui résout tous nos malheurs. La libérale (capitaliste sauvage) dont vous êtes est celui qui quitte la pièce quand la bataille commence.

Honte à ceux qui ne font  que se servir de la politique pour se faire un nom au lieu de servir ces misérables et honnêtes cosettes pour vivre dignement.

 Abdessatar Klai

Votre commentaire

  • Soumis par fatmi ben ayed le 3 Mai, 2019 - 12:37
    Elle ne fait que décrire la situation, ou ce qu'elle pense être la situation. Il ne faut pas tuer le messager. Cela dit, il faudrait "aller sur le terrain" pour vérifier la véracité de ces propos. Est-ce que l'achat de quelques centaines de bus représente vraiment une dépense insoutenable?
    Adresse mail: 
    fatmi.benayed02@gmail.com