Mais à quoi joue Rafik Abdessalem ? !

Mais à quoi joue Rafik Abdessalem ? !

Par Kaïs Ben Mrad

Mais à quoi joue Rafik Abdessalem et pourquoi il ne rate aucune occasion pour pourrir encore plus la relation entre son gendre Rached Ghannouchi et le président de la République Kaïs Saied.

En effet, ce dirigeant au sein du parti Ennahdha s’est presque spécialisé depuis quelque temps, à travers ses sorties tapageuses et ses posts facebooks incendiers, dans le pourrissement du climat politique du pays et dans la destruction de toute chance, aussi minime soit-elle afin de trouver une solution à la crise politique qui menace de ruiner le pays.

Au lieu d’avoir une attitude plus responsable, vu que son statut de gendre du leader d’Ennahdha fait qu’il soit considéré par toute la sphère politique comme le porte-parole informel de Rached Ghannouchi, pour dire publiquement tout ce que le président du Parlement n’ose pas dire et régler les comptes de ses rivaux, Abdessalem continue à suivre une attitude incendiaire.

Aujourd’hui encore, Rafik Abdessalem a édité un post dans lequel il a attaqué le président de la République Kaïs Saied l’accusant d’avoir écarté le chef du gouvernement Hichem Mechichi et le président du Parlement Rached Ghannouchi de la cérémonie organisée par Telnet à l’occasion du lancement du premier satellite Tunisien « Challenge one ».

Dans son post controversé, le gendre de Rached Ghannouchi s’est encore une fois permis de donner des leçons au président Kaïs Saïed. Même si Saied n’a effectivement pas réussi à se hisser au rang de président de tous les Tunisiens et bien qu’il soit devenu une source de blocage, Rafik Abdessalem est le premier à savoir qu’on ne peut pas espérer une solution en mettant de l’huile sur le feu et en propageant les rumeurs et les mensonges visant à salir le locataire de Carthage.

En effet, dans ce cas précis de la cérémonie de lancement du satellite de Telnet, la présidence de la République a été la seule autorité qui a contacté officiellement Mohamed Frikha alors qu’il était mardi dernier en Russie pour lui demander de coordonner la présence de Kaïs Saied à l’événement.

C’est d’ailleurs pour cela que Frikha est rentré de Baïkonour, laissant au reste de son équipe le soin de représenter la Tunisie au lancement de la fusée Soyouz-2 sur place.

Et selon nos informations, la présence du président du parlement Rached Ghannouchi et le chef du gouvernement Hichem Mechichi n’a pas été à l’ordre du jour et la présidence de la République ne l’a même pas abordée.

Ainsi, face à cet énième dérapage et face à cette fuite en avant d’Abdessalem, il est utile de lui rappeler que la Tunisie a plus que jamais besoin de consensus et que mieux vaut être diplomate pour manier les contrepieds car un fin politicien peut dire du mal s’il le veut sans le dire de cette façon irresponsable. 


 

Votre commentaire