Arrestation de l’auteur du post scandaleux envers Feu Slim Chaker

Arrestation de l’auteur du post scandaleux envers Feu Slim Chaker

 

On apprend que l’auteur du statut scandaleux portant atteinte à la mémoire de Feu Slim Chaker, un certain Slah Kchouk qui se dit président du parti «  pirate tunisien » a été arrêté par les forces de l’ordre. Ce denier s’est illustré par un post dans lequel il a manqué de respect envers un homme rappelé à Dieu et dont tout le monde loue les qualités humaines et les compétences professionnelles.

Il est à rappeler que la réaction a été unanime pour dénoncer et condamner ce genre de pratiques de la part de ce « cyberdissident » qui n’est pas à sa première bévue.

« Il ne faut pas que ce genre d’écarts condamnable passe sous silence. Il faut qu’il soit identifié, poursuivi par la justice et châtié d’une manière exemplaire, avons-nous écrit dans un précédent article.

Mise à jour :

On vient d’apprendre que le dénommé Sleheddin Kchouk, Président du Parti Pirate Tunisien, n’a pas été arrêté lors de la descente policière à son domicile à Bizerte, puisqu’il s’est avéré qu’il se trouve à l’étranger et plus particulièrement à Paris.
 

Commentaires

  • Soumis par Henilbel le 13 Octobre, 2017 - 03:05
    Dans tous les bonnes us et coutumes, le deuil d'une famille appelle au respect autant que les périodes des mois "Haram" appelle à la trève. Ces valeurs sont importantes et nécessaires. إذا أصيب القوم في أخلاقهم … فأقم عليهم مأتماً وعويلاً
  • Soumis par Kais le 11 Octobre, 2017 - 10:04
    Honte à vous Sleheddin Kchouk, Président du Parti Pirate Tunisien. Après votre post scandaleux vous trouvez encore quoi dire. Pourquoi vous n'avez pas respecté la famille du défunt lorsque vous avez écrit votre commentaire?! pourquoi vous ne respectez pas la mort et vous voulez qu'on vous respecte.... Le mal que subit votre famille est de votre faute. Par contre Espace manager est aussi à blâmer car ce site vous donne la parole pour justifier l'injustifiable!!!!!
  • Soumis par Maxula le 11 Octobre, 2017 - 01:35
    "un homme rappelé à Dieu" Et qui vous dit qu'il était croyant ? Êtes-vous sûr qu'il a fait sa prière avant de mourir...et que par conséquent, il est mort en musulman ? Mais peut-être n'aviez-vous utilisé cette formule convenue que par simple conformisme...sinon par confort intellectuel (sic)...//Maxula.
  • Soumis par Slehedine Kchouk le 10 Octobre, 2017 - 13:55
    Suite au e-article posté sur votre site en date du 8 octobre 2017 à 8h42 j'exige un droit de réponse concernant les informations diffamatoires relatives à ma personne, à ma fonction politique et à mon statut juridique international. Dans votre " article", vous affirmez que j'ai été arrêté. Il est à noter que le kidnapping qui a eu lieu au domicile de ma famille hier 18h heure locale a été fait sur la personne de mon père Monsieur Kchouk Mohamed, âgé de 70 ans, diabétique et depuis des années sous dialyses. Ce rapt, indigne d'une Tunisie post révolutionnaire, effectué par la garde nationale de Bizerte, n'avait pour but que d'obtenir des informations sur ma personne. Ces intimidations, menées dans le cadre d'un monopole opaque, ne sont fondées sur aucune procédure légale, si ce n'est la coutume en vigueur en Tunisie. Menacé par des matraques brandies sous ses yeux rongés par le diabète, mon père s'est vu sommer de répondre de mes activités politiques desquelles il est extérieur. En effet, contrairement à Monsieur Caid Essebsi, Président de la République actuellement en place, nous ne faisons pas de politique en clan familial, et je reste seul responsable de mes positions. De plus, les activités militantes qui ont été mises en avant lors de cet interrogatoire musclé de 3 heures n'ont jamais concerné le statut relatif à Monsieur Chaker mais ceux concernant mes diatribes relatives aux Ministre de l'intérieur et ses sbires. Ces statuts facebook, ont été écrits dans un contexte d'harcèlement acharné que subit ma famille depuis le mois de juillet 2017 (convocation arbitraire au commissariat, enquête de voisinage en vue de salir l'intégrité de personnes âgées...). Par ailleurs, dans votre "article" vous vous exprimez en ces termes me concernant : " qui se dit président du parti les pirates". Vous me voyez étonnés de constater que malgré les centaines de morts tombés pour le Pays et ses libertés, dont celle d'expression pour laquelle mon parti oeuvre, des journalistes professionnels manquent à ce point de sens de l'investigation. Sachez Messieurs que le parti " des pirates" n'existe pas. Il s'agit du " parti pirate tunisien" formé le 27 septembre 2010, et dont le visa a été accordé par la présidence du gouvernement le 12 mars 2012. Mon statut de Président de Parti figure dans les textes législatifs que je vous laisse soin de consulter, puisque tel est sensé être votre métier. sachez Messieurs, puisqu'il vous faut mâcher votre travail d'écrivaillons, que c'est suite à mon activité politique, mes prises de positions militantes et mes actions que j'ai été contraint de demander le statut international de réfugié politique comme me le permettait la La Convention internationale du 28 juillet 1951, dont notre Pays est signataire depuis le 24 octobre 1957. En effet après l’assassinat de Chokri Belaïd, le 6 février 2013, j’ai participé à des manifestations et des rassemblements devant les locaux d’Ennahdha avec le Parti pirate, Takriz et plusieurs associations de la société civile, afin de réclamer justice et revendiquer l’instauration d’une vraie démocratie, au lieu de prôner l’intégrisme religieux. Après cette énorme pression que nous avions exercée sur eux, les islamistes d'Ennahdha nous ont fait porter la responsabilité de beaucoup d’affaires pseudo-judiciaires afin de nous intimider et de nous décrédibiliser, tout comme vous le faites vous même aujourd'hui. 14 jours plus tard, menacé et inculpé de terrorisme d'Etat, j'ai quitté mon Pays et ma famille qui aujourd'hui paie encore un lourd tribut. Enfin, sachez Messieurs que j'exige que soit publié, en réparation aux préjudices moraux que vos propos diffamatoires ont pu engendrer, ce droit de réponse. Le service communication du Parti Pirate reste à votre entière disposition pour tout complément d'informations et/où pièces nécessaires. Le cas échéant, sachez Messieurs que ce droit vous sera exigé par voie d'avocat. Sleheddin Kchouk, Président du Parti Pirate Tunisien.

Ajouter un commentaire