Ce football de la honte qui dégrade l'image du pays !

Ce football de la honte qui dégrade l'image du pays !

 

« Le sport, c'est aussi le hooliganisme, des énergies considérables canalisées dans la bêtise. » Jean Dion

Le football est aujourd’hui confronté de ce fait à un danger mortel : la violence sur le terrain, dans les tribunes et hors des stades qui est un poison pour ce sport. Cette violence dans nos stades, devenue un phénomène récurrent, a atteint des proportions alarmantes et dangereuses.

Aujourd’hui le fléau est présent et sa progression croissante nécessite une réflexion profonde sur les moyens même d’éradiquer ce comportement nuisible qui s’étend désormais au-delà des stades. Les actes de vandalisme entament une nouvelle étape et les rues deviennent le théâtre d’échauffourées entre supporters, avec tout ce que cela implique en termes d’atteinte à l’ordre public, aux infrastructures et aux biens.  

Il était une fois le sport, l’école de la vie

Le sport et l’éducation partagent de nombreuses valeurs communes, au-delà de l’acquisition des savoirs, du savoir-être comme des savoir-faire. Source d’épanouissement individuel et vecteur de valeurs collectives, le sport a vocation depuis l’origine, à rassembler : il peut -et doit- être une école de la vie en groupe, favorisant l’épanouissement des idéaux de respect, de tolérance, de générosité et de dépassement de soi. C’est aussi un facteur important de la santé publique.

On a maintenant le sport Business

Le sport, il y a quelques années, vivait dans l’amateurisme et c’était par pur plaisir, par simple amour des différentes disciplines, que les pratiquants se lançaient des défis pour aller aux limites de leurs possibilités et même se surpasser. C’est ainsi que naquirent des athlètes charismatiques qui symbolisaient, à eux seuls, par leurs exploits, toute la discipline. Pour les spectateurs, toute la discipline sportive se confondait avec le champion qui y brillait. Ces idoles servaient d’exemples aux jeunes qui rêvaient de leur ressembler.

C’est dans un tel environnement que Pierre De Coubertin a pu lancer fièrement: « L’essentiel, c’est de participer !».

Depuis  les jeux olympiques d’Atlanta en 1996, le sport est entré dans un nouvel air celui du Business.  Le sport de haut niveau quoi qu'en disent ou en pensent ceux qui sont chargés de veiller à son éthique est soumis aux mêmes lois du marché. Il est devenu un produit qui doit se vendre et des sommes colossales sont investies avec une très bonne rentabilité. Aujourd'hui, le sport est devenu une économie à part entière.

La télévision, en rapprochant les exploits des athlètes et les compétitions de ses clients (les téléspectateurs), a bouleversé la donne. Le sport, devenu spectacle, attirait maintenant des millions de téléspectateurs. Les entreprises commerciales ne pouvaient rester insensibles à un tel marché, facilement accessible à leurs campagnes de promotion. Par conséquent, les entreprises, heureuses de pouvoir communiquer via la télévision avec des millions, voire des milliards de clients potentiels dans le monde, devinrent des sponsors et investissent lourdement et aveuglément dans le domaine sportif.

Le football tunisien essaie de suivre le mouvement de professionnalisation de de ce sport mais malheureusement sans l’organisation et les structures adéquates pour réussir dans une telle entreprise. Le Ministère de tutelle et la FTF ont mis la charrette avant les bœufs en proclamant le championnat de la ligue 1 comme professionnel. Le proverbe tunisien  qui disait « Nous rentrons au marché sans panier   داخلين للسوق بدون علاقة» s’applique dans ce cas précis.

La violence envahit nos stades !

Il ne passe pas une semaine sans que je ne reçoive des comptes rendus d’incidents plus ou moins graves ou plus ou moins violents des quatre coins de la Tunisie et ceci aussi bien dans les championnats amateurs que dans les ligues professionnelles

Les incidents et les violences  sont relativement fréquents dans les stades de football en Tunisie. Ce phénomène a pris, ces dernières années, une ampleur telle qu’il devient plus qu’urgent de s’y pencher sérieusement. Presque à chaque rencontre de foot, on entend parler d’actes de violence et de vandalisme avec parfois des excès qui dépassent l’imaginaire. Il s’agit d’un phénomène de société très grave, il nuit au développement du pays et la sécurité des individus. La violence dans les stades reflète bien l'image de la société! Le football tunisien  s’est transformé en une véritable guérilla qui menace la sécurité et la paix civile. Le football et ses violences ne sont  qu'un révélateur de la situation du chaos où se trouve le pays.

Rappelez-vous de ce qui s’est passé lors du dernier match entre le CA et PSG. La rencontre devait être festive, elle s’est transformée en champ de bataille dans les tribunes.

Ce qui s’est passé à Tataouine dernièrement était une vraie mascarade. Pour préserver la sécurité dans la ville et par peur que la ville brule,  l’arbitre a décidé de reprendre le match 25 minutes après avoir sifflé la fin !!!  Il accorde un coup franc imaginaire à Tataouine l’équipe locale qui a pu égaliser et sauver les meubles d’une catastrophe annoncée !!! Malgré cet acte de  capitulation et de ce non-respect des règles de l’arbitrage, les supporters ont caillassé avec  des projectiles les joueurs de l’équipe visiteuse et entrainant  de graves blessures de l’entraîneur bizertin. Pour répondre à ces actes, la ville de Bizerte a été le théâtre de violences de la part des supporters du CAB. La circulation était bloquée et  des pneus incendiés ce qui a nécessité l’intervention des forces de l’ordre et des dirigeant pour calmer les esprits et retrouver un certain calme.

Dernièrement, les rues de Tunis ont été le théâtre d’une véritable guérilla urbaine entre les supporters des deux grands clubs de la capitale, l’Espérance sportive de Tunis et le Club Africain. Les accrochages se sont étendus de Bab Alioua, à Monfleury et même jusqu’au du Passage à une heure de pointe.

Le comportement de certains joueurs et de certains dirigeants fait honte à notre sport. La violence, les invectives et les insultes gratuites sont devenus le pain quotidien du football. Ceci doit impérativement cesser. La famille du football dans son ensemble se doit de donner l’exemple. Comment voulons nous que les supporters aient un comportement irréprochable si nous leur donnons cette piètre image de nous-mêmes.

« Le sport, c'est aussi le hooliganisme, des énergies considérables canalisées dans la bêtise. » écrivait Jean Dion.

A cette occasion, on peut se poser la question si le sport, et tout particulièrement la compétition de haut niveau, est-il le creuset de tous les maux ? Est-il un terrain propice à la violence, à la tricherie, à la prolifération de dirigeants attirés par le pouvoir ou (et) l'argent ? Certains sont en droit de le penser au regard des nombreux incidents relevés, les centaines de millions de dinars dépensés pour le transfert d'un seul footballeur, les milliards négociés pour s'octroyer des droits de diffusion télévisuelle...

Comment éradiquer cette violence ?

Comment éradiquer la violence dans les stades, c'est la question que se posent les autorités surtout après les incidents qui ne font bien évidemment pas de bien au football, qui s'en sort amoindri et à une image abimée du pays.

Donc, pour s'attaquer à la violence, je dirai que, premièrement, je ne pense pas qu'il y est une solution que l'on pourrait qualifier « d'absolue » ou de « finale » car, si c'était le cas, elle aurait sûrement déjà été trouvée.

Il est en revanche sûr que des pistes de solutions existent et qui consistent à :

- Instaurer une vraie ligue professionnelle en légiférant sur le statut des sociétés sportives,

- Rendre les clubs responsables du comportement de ses supporters,

- Améliorer obligatoirement la sécurité à l’intérieur et à l’extérieur des stades, qui laisse à désirer aujourd’hui,

- Installer des caméras à l’entrée et à l’intérieur des stades afin de surveiller ces bandes de hooligans. Il est nécessaire de placer des hauts parleurs dans les stades en vue de communiquer avec le public,

- Adopter une législation qui sanctionne sévèrement ces actes,

- Améliorer la formation des dirigeants, entraineurs et arbitres,

- Encourager la formation dans un cadre associatif de club de supporters qui assureront l’information, la formation et l’encadrement des supporters et qui sera l’interlocuteur privilégié avec les dirigeants du club ,

- Eviter les déclarations provoquantes et souvent trompeuses  de certains dirigeants allant jusqu’à les censurer et les sanctionner,

- Ne plus permettre aux fauteurs de troubles et aux supporters ayant des antécédents d’entrer dans les stades et lieux de compétition comme en Grande Bretagne.

Le gouvernement et la fédération tunisienne de Football  doivent prendre au sérieux ce phénomène qui guette nos stades et la vie en sécurité dans nos cités. Ils sont appelés à proposer des dispositions urgentes et  pratiques pour l’éradication de ce phénomène.

La sécurité est l’affaire de tous. Prévenir la violence au lieu de la subir n’est pas seulement œuvre de spécialiste, mais exige l’effort de tous. C’est en effet un devoir civique auquel nul citoyen conscient, nul parent, nul professeur, nul éducateur ne peut se soustraire sans faillir. La violence menace aujourd’hui notre sport, notre société, nos quartiers et les met en péril, car elle risque de devenir le ferment de leur désagrégation.

Nous sommes incapables aujourd’hui d’assurer la sécurité et l’ordre lors d’un match de football, sommes-nous capables de les assurer au niveau d’un pays et donner cette image sereine et sûre tant attendue depuis 6 ans par  investisseurs et les  touristes ?  II me semble que poser la question c’est y répondre.

« Donner, recevoir, partager : ces vertus fondamentales du sportif sont de toutes les modes, de toutes les époques. Elles sont le sport. " disait Aimé Jacquet l’entraineur français champion du monde.

Vive le sport !

Abdessatar Klai

 

Commentaires

Ajouter un commentaire