France: Fillon, Macron, Le Pen... Le défilé des affaires est ouvert

France: Fillon, Macron, Le Pen... Le défilé des affaires est ouvert

 

Le cru 2017 de la présidentielle française serait-il riche en affaires de détournement de fonds publics ? La campagne est à peine entamée et déjà, le candidat de la droite, mais aussi les leaders du FN et d’En Marche, font l'objet d'accusations...

Méfiez-vous des politiques qui passent leur temps de proclamer leur honnêteté et leur probité, ils sont de vrais pourris!!  Autant d'affaires à suivre... qui font surface à trois mois de l'échéance présidentielle.  .                                       

François Fillon et PenelopeGate

C'est l'affaire du moment. « Je vois que la séquence des boules puantes est ouverte », a tempêté  Fillon. Il se trompe. Avec la campagne présidentielle, c'est la séquence  de l'explication démocratique qui est ouverte.

Imagine-t-on «Tante Yvonne» bénéficié d'un emploi fictif ? Imagine-t-on le général de Gaulle verser à son épouse 500 000 € d'argent public pendant huit ans sans que celle-ci ne fournisse aucun travail en contrepartie lui qui payait ses factures d’électricité reçues à l’Élysée ? Le scandale révélé par le Canard enchaîné est une déflagration qui  frappe de plein fouet l'une des qualités communément attribuées à  François Fillon : l'honnêteté qui était sa marque de fabrique, son «Moi,  président» à lui. 

Pour François Fillon le Penelopegate est « un coup d’État institutionnel venu du pouvoir et de la gauche », en soulignant que « le seul pouvoir, c’est celui de la justice ». On doit la laisser travailler, et les seules exigences sont celles de la transparence et de l’exemplarité.

Georges Fenech député sarkozyste a estimé sur Franceinfo  que « le résultat des primaires est aujourd'hui caduc face à cet  événement imprévisible (...) qui se situe non seulement sur le registre  judiciaire, mais sur le registre éthique et moral. Je crois que la  situation est très, très compromise ».

Emmanuel Macron, en campagne... alors qu'il était ministre ?

Emmanuel Macron Secrétaire général adjoint de la présidence de la République auprès de François Hollande en 2012 puis ministre de l'Économie, de l'Industrie et du Numérique en 2014 dans le gouvernement Manuel Valls, leader d'«En Marche !» est accusé d'avoir consommé de manière inappropriée des fonds publics.

Dans un ouvrage paru mercredi 25 janvier « Dans l'enfer de Bercy »,  les journalistes Frédéric Says et Marion L'hour accusent l'ex-ministre  de l'Economie d'avoir dépensé, entre janvier et août (date de sa  démission), 80% du budget de frais de représentation de son ministère  pour toute l'année 2016... Soit, tout de même, 120 000 euros en huit  mois.

De  là à imaginer que l'ancien banquier de Rotschild aurait employé ces  sommes publiques pour préparer sa campagne présidentielle, il n'y a  qu'un pas... qu'ont allègement franchi plusieurs députés de  l'opposition, dont le chef de file de l'UDI à l'Assemblée nationale,  Philippe Vigier. «Nous voulons savoir à quoi ont servi ces 120  000 euros, surtout de la part de ce donneur de leçon», a lancé le  centriste en

Marine Le Pen prise les mains dans le sac

Celle qui crie sur tous les toits qu'ils sont tous pourris, se trouve  titulaire dans l'équipe des politiques fraudeurs qui pillent les  peuples.

Dans la polémique des  soupçons d'emplois fictifs d'assistants parlementaires, François Fillon  n'est pas seul. Le Front national, qui s'est bien gardé de titiller le  candidat de la droite sur cette question, est depuis plusieurs mois dans  le viseur du Parlement européen pour avoir rémunéré deux assistants qui  n'auraient en fait travaillé qu'en France. Une enquête a été diligentée  par l'Office européen de lutte antifraude (Olaf).  Elle jusqu'à la fin  du mois pour régler près de 300 000 euros au Parlement européen et 40 000 euros en février. 

la justice, néanmoins, a déjà Marine Le Pen dans le viseur : une information judiciaire a été ouverte en décembre dernier, au sujet de  ces accusations d'emploi fictif, sur la base d'un rapport de l'Olaf.

Autant d'affaires à suivre... qui font surface à trois mois de l'échéance présidentielle.  Heureusement que nous avons encore des journaux libres et indépendants comme le canard enchainé et Mediapart qui nous permettent de soulever ce type d’affaires et ces abus.

Une République en crise grave

La colère monte, attisée par les  affaires répétitives mettant en scène des privilèges et des passe-droits, elle prend  des formes monstrueuses par le vote FN, parce qu’elle ne trouve pas à s’épanouir dans  un projet, dans un espoir, parce qu’elle ne trouve pas à s’exprimer démocratiquement. Une  partie du peuple français est en train de perdre le fil de l'histoire de la République,  de ce qui a fait la grandeur de ce pays et de son peuple profondément marqués par la devise républicaine égalité, liberté et fraternité.

La crise actuelle  est politique. Ce que nous vivons aujourd'hui est assez pitoyable  et ressemble à une crise de régime… une crise de la Vème République. Les électeurs souhaitent une force de rupture qui casse ce système, dans lequel nous sommes enfermés depuis 30 ans. Toute cette vieille classe politique, qui ne comprend pas nos problèmes,  qui gère le pays, comme s’il était simplement entre les mains de  Bruxelles, de Washington ou de Berlin, sans se soucier des problèmes  quotidiens des Français, n'est plus tolérable. 

« Il faut que tout change pour que rien ne change ». Cette maxime de Guiseppe Tomasi di Lampedusa dans Le Guépard est en passe d’être à nouveau illustrée lors de ces élections en continuant de jouer la même pièce intitulée la Vème République et ses dérives. Cette fois ci et vu l’atmosphère pollué par ces affaires, ile risque d’une sanction sans appel  par les urnes est d'actualité.

Au stade où nous en sommes, la France a besoin d’un véritable mouvement de réappropriation démocratique et sociale afin d'arrêter toutes ces dérives où l’électeur est choyé pendant la campagne et oublié juste après son vote en lui donnant rendez-vous à la prochaine échéance..

A.Klai

 

Commentaires

Ajouter un commentaire