La Ligue arabe qualifie le Hezbollah de "terroriste"

La Ligue arabe qualifie le Hezbollah de "terroriste"

A l’issu de sa réunion extraordinaire tenue dimanche  au Caire, à la demande de Riyad, la Ligue arabe a accusé  "le Hezbollah et les Gardiens de la révolution iraniens de financer et d'entraîner des groupes terroristes à Bahreïn" et "fait assumer au Hezbollah, un partenaire dans le gouvernement libanais, la responsabilité de fournir aux groupes terroristes dans les pays arabes des armes sophistiquées et des missiles balistiques".

Lors de la même réunion, Cheïkh Khaled ben Ahmad Al-Khalifa, ministre des Affaires étrangères de Bahreïn, pays allié de Ryad, a estimé que le Liban est sous le "contrôle total" du Hezbollah.
"Ce parti terroriste ne conduit pas seulement des opérations à l'intérieur des frontières du pays, mais il traverse toutes les frontières de nos nations. C'est une menace pour la sécurité nationale arabe", a-t-il martelé.

Signalons que Beyrouth a fortement contesté ce lundi le communiqué final de la ligue arabe  puisque le Hezbollah fait partie du gouvernement libanais.

Votre commentaire

CAPTCHA
This question is for testing whether or not you are a human visitor and to prevent automated spam submissions.
  • Soumis par A.Klai le 20 Novembre, 2017 - 20:47
    l’Algérie n’a pas pris part à la réunion extraordinaire des ministres des Affaires étrangères de la Ligue arabe qui s’est tenue dimanche au Caire, à la demande de l’Arabie Saoudite, pour prendre des mesures contre ce qui était qualifié d’«ingérence de l’Iran dans les pays arabes». Alors que deux pays, l’Irak et le Liban, avaient dès le départ choisi d’être représentés par de simples diplomates. Les représentants de ces deux pays se sont, d’ailleurs, abstenus de voter, jugeant certains points du communiqué final, qualifiant le Hezbollah d’«organisation terroriste», contraires à leurs convictions. Pour une réunion convoquée d’urgence et annoncée comme décisive, les observateurs de la scène arabe n’hésitent pas à parler d’échec. Parce que non seulement une partie des membres de la ligue n’y ont pas assisté, mais aussi, parce qu’aucune décision pratique n’a été prise contre la République islamique d’Iran ni contre ses alliés. En dehors d’un rappel du classement du Hezbollah comme «organisation terroriste», déjà adopté en mars 2016, sur instigation des Al-Saoud et leurs alliés du Conseil de coopération du Golfe (CCG), aucune nouvelle disposition n’a été votée. Une des premières choses qui vient surement à l’esprit de tous lorsque l’on évoque la Ligue Arabe, c’est le mot « inefficacité ». En effet, depuis plusieurs années maintenant, cette organisation semble cumuler les échecs et n’arrive pas à prendre des décisions et positions représentant de manière homogène ses 22 pays membres. Alors qu’au même moment, l’Union Européenne, qui regroupe pourtant une multitude de peuples, de langues et de cultures différentes, parvient progressivement à renforcer son unité sur tous les domaines, la Ligue Arabe stagne et semble avoir complètement oublié un des principes fondamentaux établis lors de sa création en 1945 : celui de la marche vers l’union d’une Nation arabe libre et indépendante. La Ligue arabe a la légitimité de ceux qui la composent. Pas beaucoup donc. Elle nuit même au développement des pays arabes plutôt qu'elle ne les sert, à terme... Car elle n'est finalement qu'un masque sur lequel ces nations jettent leurs échecs. Sans elle, sans ce coupable idéal, cela responsabiliserait les régimes et chaque pays avancerait sans attendre. Il ne reste plus et depuis longtemps qu'à publier le faire-part de décès et à enterrer ce corps mort.
  • Soumis par Lotfi le 20 Novembre, 2017 - 15:55
    La ligue arabe n'as rien á qualifé puisque elle n'existe pas