Présidentielle : Le SNJT appelle les candidats à inscrire la disparition de Chourabi et Ktari dans leurs campagnes

Présidentielle : Le SNJT appelle les candidats à inscrire la disparition de Chourabi et Ktari dans leurs campagnes

 

Le Syndicat national des journalistes tunisiens (SNJT) a appelé les candidats à la présidentielle anticipée 2019 à ce que la disparition du journaliste Sofien Chourabi et du photographe Nedhir Ktari soit un des points essentiels de leurs campagnes électorales.

Dans une déclaration, samedi, publiée à l’occasion de la Journée nationale pour la protection des journalistes (8 septembre), qui correspond à la commémoration de la disparition des deux journalistes en Libye le 8 septembre 2014, le SNJT a appelé à soulever la question de la protection des journalistes et la liberté de la presse et d’expression avec davantage de sérieux.

Le syndicat a, également, appelé les journalistes à interroger les candidats aux législatives et à la présidentielle à ce sujet. “Le prochain président est non seulement chargé de la sécurité nationale et de la diplomatie, mais il est aussi appelé à révéler la vérité sur cette disparition et activer tous les mécanismes nécessaires à cette fin”, souligne le syndicat. Car, estime la même source, le respect de la Constitution ne peut pas être imposé tant que les journalistes se voient leur liberté confisquée.

Le SNJT regrette, dans sa déclaration, le fait que la disparition des deux journalistes n’a pas suscité un débat national qui pose la question de protection des journalistes tunisiens en général.

Le SNJT a, d’autre part, salué le soutien de ses partenaires nationaux et internationaux dans le dossier Chourabi et Ktari, rappelant que l’affaire a été internationalisée à travers une correspondance adressée au Secrétaire général des Nations Unies pour intervenir et porter l’affaire devant la Cour pénale internationale.

Sofien Chourabi et Nedhir Ktari ont enlevée le 8 septembre 2014, en Libye, sans qu’aucune preuve formelle n’atteste s’ils sont morts ou encore en vie. Les informations qui ont été fournies sont contradictoires. Après une année de leur disparition et en réponse à la proposition de 9 organisations nationales et internationales, le président de la République, feu Béji Caid Essebsi, avait proclamé le 8 septembre journée nationale pour la protection des journalistes.

Votre commentaire

CAPTCHA
This question is for testing whether or not you are a human visitor and to prevent automated spam submissions.