Tunisie : le SNJT impute au gouvernement la responsabilité de la détérioration de la situation des médias confisqués

Tunisie : le SNJT impute au gouvernement la responsabilité de la détérioration de la situation des médias confisqués

Le Syndicat national des journalistes tunisiens (SNJT) a imputé vendredi la responsabilité de la situation alarmante des établissements médiatiques confisqués au chef du gouvernement, au ministre des finances, en tant que président de la Commission nationale de gestion des avoirs et des fonds objets de confiscation ou de récupération en faveur de l’Etat ainsi qu’au groupe Al-Karama Holding.

Dans un communiqué rendu public à l’issue de la réunion des membres de son bureau exécutif et des représentants des syndicats des établissements médiatiques concernés (Dar Assabah, Cactus Prod, Shems Fm), le SNJT a exigé le respect des critères de transparence dans le processus de cession de Radio Shems FM et de l’établissement Dar Assabah.

Il a dans ce sens exhorté l’Exécutif à hâter la nomination d’un responsable à la tête de la société Cactus Prod, appelant à placer les établissements médiatiques confisqués à l’abri des tiraillements politiques et de toute instrumentalisation gouvernementale ou partisane, surtout durant cette année électorale.

Le SNJT a souligné l’impératif de respecter les engagements pris et les accords conclus relatifs à la cession de Radio Shems FM, en garantissant les droits des journalistes et des employés travaillant dans l’établissement, ainsi que sa pérennité.

Par ailleurs, il a exprimé son refus de la situation demeurée floue au niveau de la direction générale de Dar Assabah suite à l’absence non justifiée de la directrice générale de cet établissement depuis deux mois.

” Dar Assabah connait un climat social sous tension, en l’absence d’une perspective éditoriale claire et des conditions de travail propices à la production journalistique sans compter le désistement des deux parties administrative et gouvernementale face à l’application des accords précédents “, lit-on dans le communiqué du SNJT.

Concernant la situation de Cactus Prod, le SNJT a fait état de la détérioration de la situation sociale et administrative, mettant l’accent sur les dépassements juridiques de l’administrateur judicaire nommé à la tête de cet établissement depuis 8 ans.

Pour ce qui est de Radio Zitouna, le syndicat des journalistes a regretté les atermoiements du gouvernement dans l’exécution des engagements pris vis-à-vis de la radio en question, surtout en ce qui concerne le rattachement de cet établissement au secteur public dans le cadre de la politique de consensus et des compromis avec le mouvement Ennahdha.

Le Syndicat examinera lors de la prochaine réunion de son bureau exécutif, les mouvements de protestation à venir pour garantir les droits des journalistes et employés dans ces établissements, appelant le personnel en question à ” se préparer aux différentes formes de protestation pour défendre la pérennité de leurs entreprises et l’indépendance de leurs lignes éditoriales“.

 

Votre commentaire

CAPTCHA
This question is for testing whether or not you are a human visitor and to prevent automated spam submissions.