Gaza: Silence on tue et la... vie continue !

Gaza: Silence on tue et la... vie continue !

Alors qu'un massacre de grande ampleur, un génocide devrais-je dire, se réalise le long de la barrière de sécurité israélienne entourant la bande de Gaza , la communauté internationale regarde avec une timidité déconcertante et se contente de parler d'affrontements entre Israéliens et Palestiniens. 

Peut-on parler de heurts ou d'affrontements quand une armée tire sur une population désarmée? Peut-on parler de heurts entre deux parties quand une armée brûle des habitations civiles? Peut-on parler d'affrontements quand Tsahal se sert de drones pour déverser des gaz toxiques sur des humains? Peut-on parler d'affrontements quand une armée tire à balles réelles sur tout ce qui bouge. Y compris sur des femmes, des enfants et des vieillards? 

Ce lundi, marqué par le transfert de l'ambassade américaine à Al Qods, et qui marque les 70 ans de l'Etat hébreu, restera dans les annales comme une "nakba", l'un des pires massacres dont sont victimes les Palestiniens.

Avec cette escalade de violence, Israël exhibe à nouveau son vrai visage, celui d'un Etat terroriste qui foule au pied tous les accords internationaux, et ce dans l'impunité la plus totale. 

Le bilan de cette journée est le plus grave depuis le début du mouvement de protestation contre ce déménagement: plus d'une soixantaine de personnes ont été tuées, dont plusieurs mineurs de moins de 16 ans, et plus de 2000 blessés par balles. Et comme si cela ne suffisait pas, du côté israélien de la barrière, 25 cerfs-volants dont 17 portant des engins incendiaires, ont été envoyés, provoquant des incendies à 23 endroits distincts.

Tel est le prix que les Gazaouis étaient prêts à payer pour repousser l'ennemi sioniste. Ces Palestiniens rêvent de franchir la clôture et d’abolir les murs de leur "prison". Quand ils réclament leur droit, Israéliens et Américains, en pleine symbiose, les réduisent à des êtres violents, manipulés par un Hamas diabolisé à la moindre occasion. 

Car aujourd'hui, l'astuce est toute simple, à la moindre révolte ou révendication palestinienne, Israël pointe du doigt le Hamas. Mais Dire que le Hamas est derrière cette marche, c’est de la propagande israélienne qui leur donne une excuse pour tuer.

Que retiendra l’histoire de cette journée du 14 mai? Le transfert historique de cette maudite ambassade américaine à Jérusalem ou le bilan sanglant de la répression des manifestations palestiniennes? Sans doute le second. Alors qu'au même moment les réjouissances diplomatiques à Jerusalem continuaient comme si de rien n'était.

Et la communauté internationale dans tout ça? Et les Arabes dans tout ça? Et les musulmans du monde entier dans tout ça? Rien ! Rien du tout ! A part les timides réactions par ci par là, l'on semble s'accomoder des souffrances de nos frères palestiniens. Au lieu de pointer du doigt cet Etat criminel, certains pays arabes ne cachent même plus de s'allier avec le diable. Car pour eux, les intérêts priment, quitte à piétiner les cadavres de leurs frères. 
 

Commentaires

Ajouter un commentaire